J'aime l'EFT

Adam et Eve, et une spiritualité sereine (sans culpabilité !)

Adam et EveQuel est notre rapport à la spiritualité (exemple d’Adam et Eve), et en quoi influe-t-elle sur notre connaissance de nous-mêmes ?

 

J’ai reçu une éducation « chrétienne » (j’écris chrétienne entre guillemets, parce que je ne pense pas que Jésus aurait apprécié la culpabilité chronique qui y était diffusée au quotidien).

 

J’ai consciencieusement essayé de comprendre les idées bizarres que j’y apprenais. En conséquence, certains textes, certaines phrases me sont revenues tout au long de ma vie, prenant tout d’un coup un sens.  Un exemple rapide : la façon dont certains parents se disputent leurs enfants au cours d’un divorce, les « coupant en deux émotionnellement », m’évoque le jugement de Salomon.

 

Adam et Eve, la Genèse : résumé

La Genèse (plus précisément : il ne sera question ici que de l’histoire d’Adam et Eve) est certainement le texte biblique qui m’a fait chercher le plus d’interprétations. Je vous parle ici de la dernière en date.

Mais tout d’abord voici un bref résumé de ce texte.

Adam et Eve, les premiers humains créés par Dieu, vivaient en paix dans le Paradis Terrestre, appelé aussi Jardin d’Eden. Tout y était autorisé, sauf l’accès à l’Arbre de la Connaissance du Bien et du Mal. Le Serpent proposa à Eve de goûter l’un de ses fruits ; ce qu’elle fit, et elle le partagea avec Adam.

Découvrant cela, Dieu les chassa du paradis terrestre et en fit garder l’accès par des anges portant des épées flamboyantes ; il condamna la femme à « accoucher dans la douleur », et l’homme « à gagner son pain à la sueur de son front ».

La désobéissance d’Adam et Eve a par la suite été qualifiée de Péché Originel, et il a été dit que tous leurs descendants, c’est-à-dire l’humanité, devraient en porter le poids pour toujours.

 

Adam et Eve

Adam et Eve, la Genèse : le conditionnement qu’elle a induit

Objectivement, l’histoire semble absurde, et Dieu y fait mine d’un dangereux dictateur sadique et manipulateur.

Soit elle a été conçue délibérément dans un but de pouvoir : imprégner les gens de soumission et de culpabilité pour les gouverner facilement ; soit elle avait un sens profond, spirituel, à l’origine, et ce sens a été déformé. Je penche plutôt vers cette deuxième hypothèse.

 

 

Le péché ORIGINEL, ou l’erreur à l’ ORIGINE de toutes les autres

Le mot « pécher » signifie étymologiquement « manquer son but ». Il n’a donc pas la connotation de « chose très méchante méritant une très grave punition » ; on peut donc ainsi remplacer le mot « péché » par le mot « erreur ».

Mais quelle erreur est grave au point de nous faire si souvent « manquer notre but », qui est toujours, d’une manière ou d’une autre, notre bonheur ? On va en parler plus bas.

 

 

Adam et Eve, l’Arbre de la Connaissance du Bien et du Mal, et la dualité

On va changer le casting : Dieu ne va plus être un Père Fouettard, et Adam et Eve ne vont plus être des « gentils » un peu bêtes, devenus méchants juste parce qu’un serpent leur a montré un arbre.

« Dieu »,  c’est l’Univers, notre Sagesse Intérieure, ou encore notre âme ; en partant de l’idée que nous SOMMES une ÂME qui FAIT des expériences terrestres.

Adam et Ève réunis, c’est notre ego, notre conscience.

Et le Serpent ? Lui, reste le Diable : pas le vilain bonhomme à la queue fourchue, mais le

DI-able, celui qui divise le monde en deux. Encore un recours à l’étymologie : dia-bolus, ce qui divise en deux ; sym-bolus (symbole) : ce qui réunit, qui recrée l’unité.

Le Di-able, c’est la partie de nous qui met des étiquettes sur les choses et les événements : « ça c’est bien, ça c’est mal. ». Elle nous torture constamment en nous demandant si ce que nous avons fait est bien ou mal, si ce qui se passe autour de nous est bien ou mal, si nous sommes gentils ou méchants, si les autres sont gentils ou méchants, etc.  Et pire que tout, son radotage incessant couvre bien trop souvent la voix de notre Âme.

Celle-ci a aussi son point de vue sur tout cela : cependant, Elle n’est pas dans le jugement, Elle est dans l’Amour.

 

 

Pourquoi « Dieu » interdirait-il de goûter les fruits de cet arbre ?

En réalité, Dieu / Âme / Sagesse Intérieure n’interdit rien du tout, mais il sait très bien que ce plongeon dans la dualité n’augure rien de simple :

  • De durs efforts pour atteindre le moindre objectif (« accoucher dans la douleur, gagner son pain à la sueur de son front »), à l’opposé de la fluidité, des synchronicités, qui se produisent quand nous sommes guidés par le Meilleur de nous-mêmes
  • Des jugements de nous-mêmes, des autres et par les autres, la peur d’agir librement par crainte d’être jugé et puni.

 

Il semblerait pourtant que les âmes aient choisi d’expérimenter la dualité, peut-être pour mieux se connaître, peut-être pour mieux apprécier la Lumière après avoir ressenti l’ombre. Nos raisons d’avoir choisi cette expérience nous apparaîtront sans doute plus clairement quand elle sera terminée, quand nous nous rappellerons enfin Qui Nous Sommes, et que cela imprègnera nos vies à chaque instant.

 

 

Qui décide du Bien et du Mal ? Qu’est-ce que le péché originel ?

Quand nous n’entendons pas notre Sagesse Intérieure nous indiquer le chemin de notre plus grand bonheur, c’est nos conditionnements qui prennent le dessus : selon la civilisation où nous avons été élevés, selon notre grand chef du moment, le Bien et le Mal (définis comme « Absolus, Certains, Définitifs ») seront ceci, cela, ou leur contraire.

 

Autrement dit, ceux qui décident  « du Bien et du Mal » sont ceux à qui nous abandonnons notre Pouvoir. En d’autres termes, ce sont les déclencheurs qui nous coupent de notre Sagesse Intérieure, qui nous chassent du jardin d’Éden. Quelques questions se posent alors :

  • « à qui cherchons-nous à faire plaisir ?
  • De qui et de quoi avons-nous peur, au point de faire passer cela avant le Meilleur de nous-mêmes ?
  • Et comment effacer ces peurs et ses fidélités toxiques, de façon à nous reconnecter à notre Etre Profond ? »

 

En conséquence, le péché originel, c’est le fait même de nous couper de notre Sagesse Intérieure, et de la remplacer par un schéma rigide qui réglemente la « bonne » façon de vivre ; c’est cela qui est à l’origine de toutes nos difficultés, c’est ce qui nous fait « manquer les buts » qui nous rendraient heureux.

 

 

À quoi sert toute cette analyse ?

Ceux qui ont reçu un « conditionnement chrétien » sont imprégnés du mythe d’Adam et Eve. Il est donc utile de remplacer les angoisses qu’il a suscitées par des associations d’idées plus positives.

D’autres images peuvent symboliser la façon dont nous sommes Connectés ou non à notre Dieu intérieur : un soleil caché ou non par les nuages, ou même une connexion Internet qui fonctionne plus ou moins bien. L’image du jardin d’Éden n’en est qu’une de plus.

Le cerveau émotionnel fonctionne par images bien plus que par mots, les images sont donc un outil efficace pour nous reconnecter à notre âme.

 

Cet article fait partie de la série :

1. Adam et Eve, et une spiritualité sereine (sans culpabilité !)

2. Les zig-zags de l’Âme, ou mon rapport à la spiritualité.

 

Il est proposé à la 83e édition de la Croisée des Blogs, et le thème, « Comment la spiritualité influe sur la connaissance de soi ? », a été choisi par  Tatiana Ecoto.

Cet article vous a plu ?

Pour pratiquer facilement l’EFT au quotidienrecevez « 10 astuces pour faire de l’EFT n’importe où et n’importe quand », et un schéma des points EFT imprimable.

Il vous suffit de vous inscrire ici :

Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

 

8 reflexions sur “Adam et Eve, et une spiritualité sereine (sans culpabilité !)

  1. agnes andersen

    Bonjour Claude et merci pour cet article. Pour moi, Adam et Eve ont simplement brûlé les étapes. En mangeant le fruit, ils ont acquis la Connaissance avant l’Expérimentation. De ce fait, Dieu n’avait plus d’autres solutions que de les envoyer sur Terre pour qu’ils expérimentent le plan matériel. Il n’y a donc, comme tu le suggères, aucune connotation de vengeance ou de colère dans ce fait : Dieu n’est qu’Amour, donc il ne peut qu’aimer. Quant à Adam et Eve, ils sont donc arrivés sur Terre pour compléter leur évolution de l’expérimentation qu’ils n’avaient pas encore vécue. C’est peut-être aussi là le sens du terme « fruit défendu ». Défendu pourquoi ? Parce qu’il était dangereux d’en manger (donc d’expérimenter le côté divin) avant d’avoir fait l’expérience du côté humain.
    Et comme tu le suggères aussi, je pense que la Bible a été traduite (intentionnellement ?) de façon à maintenir la chrétienté dans cet état de pauvreté, de soumission et de peur dont a largement profité l’Eglise. C’est tout le contraire de son sens initiatique qui, lui, apporte vraiment la sérénité.

  2. Claude Auteur de l'article

    Coucou Agnès. Merci de ton commentaire; il me suggère plein de nouvelles questions :
    .
    – cette idée que la Connaissance doit passer avant l’Expérimentation : ça rappelle le mythe de Prométhée, non ? « Puni » pour avoir apporté aux hommes le Feu de la Connaissance, après l’avoir dérobé aux dieux de l’Olympe : de l’avoir apporté trop tôt ? avant qu’ils n’y soient prêts ? Puni gravement, en plus : le foie dévoré tous les jours par un aigle, brrr… Tu as une idée de ce que cela signifie ?
    .
    – « la Connaissance doit passer avant l’Expérimentation » : pourquoi pas les deux simultanément ? On expérimente les situations de la vie terrestre en essayant de se Connecter de plus en plus à notre Divinité Intérieure… ou tu vois les choses autrement ?
    .
    – Quand tu dis « Adam et Eve sont arrivés sur Terre pour compléter leur évolution de l’expérimentation qu’ils n’avaient pas encore vécue » : qui sont Adam et Eve ? Ils désignent des parties de nous ? J’y vois la partie Yang et la partie Yin de chacun de nous, et toi ? Ou encore il y a la théorie des Elohim, j’ai vaguement lu là-dessus il y a longtemps, mais c’est loin d’être clair pour moi.

  3. agnes andersen

    coucou Claude. Comme tu le sais, dans le monde des symboles, tout se rejoint.
    Pour la suite, je te fais un peu réfléchir.
    En donnant le Feu aux Humains, Prométhée leur a permis « d’être des Dieux avant d’être des hommes ». C’est à dire d’acquérir le pouvoir avant la sagesse. Avec le risque évident de se détruire par manque de fraternité. C’est ce qui se passe ici tous les jours et un des plus bel exemple et celui de la bombe atomique. Par contre, on peut constater que les chocs en retour arrivent par milliers…
    Le foie dévoré : encore un beau symbole mais que je te laisse interpréter toi-même. A ton avis, qu’est-ce qui peut dévorer le corps ainsi à petit feu ? Quant au foie, organe anti poison sans lequel on ne peut vivre, ça t’inspire quoi ?
    Si Dieu avait voulu nous révéler directement notre partie divine, nous serions tous des Anges et pas des humains. S’Il nous a faits humains, c’est pour expérimenter notre humanité, c’est à dire nous comporter comme des humains.Que signifie pour toi « devenir humain » ? Est-il possible de nous connecter à notre part divine avant d’avoir été humains ?
    Avant d’avoir croqué la pomme, Adam et Eve étaient l’Unité, la Complétude, l’équilibre entre le Yin et le Yang, comme tu l’écris. La pomme les a séparés en leur faisant d’abord constater « qu’ils étaient nus. » Pour « se voir nus », ils devaient se voir séparément. Très symbolique aussi : l’unité est devenue dualité. Donc…
    Tout est très simple, Claude. Les réponses se trouvent partout et tout le temps. Mais, comme me disait souvent un de mes initiateurs : « Il ne faut pas chercher à monter mais laisser descendre ».

  4. Claude Auteur de l'article

    Bravo Agnès : je n’avais pas vu le mythe de Prométhée sous cet angle, c’est pourtant logique. Il est plus que dangereux d’ « acquérir le pouvoir (la connaissance) avant la Sagesse », oui évidemment.

    Moi qui ai répété des dizaines de fois la phrase de Rabelais : « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme », je n’avais pas fait ce rapprochement. Donc, comme Icare je suppose, Prométhée aurait voulu sauter une étape.
    .

    Je ne voyais que l’aspect « prendre tous les risques pour intégrer la Lumière et la communiquer aux autres », en assimilant Lumière et Sagesse. Vu comme ça, pas étonnant que je ne puisse pas donner de sens à la suite du mythe.
    .

    Merci pour ton commentaire tellement riche que j’en aurais pour la semaine à y répondre point par point; et comme chaque question suscite d’autres questions… je continue à y réfléchir, mais plus par écrit.

    C’est la magie des mythes : on peut les voir sous tant d’angles différents, et chaque fois on grandit un peu à travers cette réflexion, qui s’intègre aussi émotionnellement, à cause du récit et des images.
    .
    Juste un dernier mot à propos de ta phrase : « Il ne faut pas chercher à monter mais laisser descendre ». L’EFT (entre autres techniques bien sûr) sert à ça : déblayer le passage pour « laisser descendre ». Et comme c’est un vaste programme parce qu’il y a beaucoup à déblayer pour nous tous… j’y retourne. Bises

  5. agnes andersen

    coucou Claude.
    Le Feu est le symbole de Dieu car c’est le seul élément qui ne peut pas se corrompre. Si Prométhée avait demandé le Feu à Zeus, Zeus l’aurait partagé avec lui. Mais il a jugé que c’était trop humiliant pour lui de demander et a préféré le voler. Donc, devenir Dieu sans l’aide de Dieu et, encore plus, en s’opposant à lui et en le trompant.
    Si tu te souviens de l’article sur la richesse, Prométhée pourrait être le riche de la parabole de Lazare. Celui qui croit qu’il n’a besoin de personne pour découvrir sa part divine. Il se fie alors uniquement à son orgueil.
    L’aigle qui ronge le foie : ça symbolise le cancer. Pourquoi le foie ? Parce que le foie est lié à « la foi ». Prométhée à douté de Dieu en voulant devenir Dieu sans son aide. Il manquait donc de foi en Dieu.
    Quant à l’aigle, c’est la seule créature de Dieu pouvant regarder le soleil en face sans devenir aveugle. Il symbolise ce désir de Prométhée qui a voulu, lui aussi, non seulement regarder le soleil (donc Dieu) en face mais en plus, l’a provoqué en lui volant le feu. Ainsi, l’aigle symbolise le choc en retour de l’ego surdimensionné de Prométhée qui voulait être Dieu par lui-même.
    Qu’en penses-tu ?

    1. Claude Auteur de l'article

      Bonjour Agnès

      Tout d’abord, je donne la référence de ton article, qui a élargi encore la discussion que nous avons eu ici : https://www.editionsbataille.fr/questions/viewtopic.php?f=41&t=26.
      .
      Tu parles de cancer à propos de « L’aigle qui ronge le foie ». On peut le voir aussi comme de l’angoisse : « se faire de la bile ». Il y a plusieurs années, j’avais souvent des migraines / crises de foiE, où j’étais complètement abattue, sans énergie, et où je ne croyais plus à rien. Et j’avais bien conscience que cela pouvait s’écrire : « crise de FOI ».
      .
      Merci de tes commentaires si intéressants. à bientôt 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *