J'aime l'EFT

L’argent vous fuit ? Et si c’était une question de croyances ? (2)

Et si vos croyances sur l’argent vous tiraient en arrière…

 

 

croyances sur l'argent

 

On a vu dans l’article précédent « L’argent vous fuit ? Voilà pourquoi (1) »  à quel point nos croyances limitantes et nos blessures émotionnelles créaient des spirales infernales dans tous les domaines de notre vie, et en particulier celui de l’argent.

 

Toute souffrance, qu’elle soit physique, relationnelle, ou autre, est un symptôme d’un mal-être plus profond : elle indique que dans certains domaines de notre vie, nous sommes particulièrement éloignés  de notre Sagesse Intérieure.

 

– On est éloigné de notre Sagesse Intérieure dans tous les domaines, de toute façon…
– Plus ou moins, et ça peut faire toute la différence au niveau de notre bonheur, de notre ressenti. Et chaque fois qu’on guérit une souffrance (la « souffrance financière » entre autres), on trouve davantage d’énergie pour se rapprocher davantage de notre Sagesse Intérieure, et plus facilement.

 

– Oui, mais on risque de tomber dans d’autres pièges : consommation effrénée, appétit de pouvoir, et tant d’autres.

– Bien sûr, mais ils étaient là tout de même : faute d’argent, ils ne pouvaient pas s’actualiser. Mais ce n’est pas une raison pour tomber dedans. Il suffit d’y être vigilant; ça fait aussi partie du travail sur notre rapport à l’argent.

 

 

 

Voilà une liste de « quelques » croyances sur l’argent. Je les ai regroupées dans les quatre domaines suivants :

1. L’’argent, les gens riches

2. Notre « droit » à l’argent, notre relation personnelle à l’argent

3. Notre capacité à gérer l’argent avec plaisir

4. Nos croyances / émotions générales qui ont un effet sur notre relation à l’argent.

 

Il s’agit toujours des croyances sur l’argent, émotions douloureuses, et objectifs inconscients concernant ces 4 thèmes.

 

 

1. L’argent et les gens riches.

C’est une réalité que beaucoup de gens très riches (financièrement) à l’heure actuelle ne sont pas des bienfaiteurs de l’humanité. Leur fortune n’est pas le résultat d’une confiance émerveillée dans l’Amour Universel…  plutôt celui d’industries toxiques, et de trafics douteux.

 

Mais ce n’est pas une raison pour « tout mettre dans le même sac » !

Pourtant c’est ce que font la plupart du temps nos mémoires inconscientes : assimiler l’argent à toutes ces horreurs. Et comme on ne veut pas ressembler à ces requins, le cerveau émotionnel a une solution toute simple : avoir le moins d’argent possible !

 

Première conséquence, un  blocage : c’est douloureux de penser à l’argent (peur de manquer, culpabilités diverses). Résultat : on y pense le moins possible… ce qui n’est pas fait pour arranger notre situation financière !

 

Et entre autres, les croyances suivantes sont à la fois causes, et conséquences de cette vision de la richesse (c’est un cercle vicieux)  :

  1. L’argent n’est pas spirituel
  2. Il est dangereux d’avoir de l’argent, on ne sait pas quelles conséquences ça va avoir : se faire rouler par les banquiers, perdre ses amis, se trouver coincé dans « un univers impitoyable »
  3. quand on a de l’argent, on en veut toujours plus, c’est un cercle vicieux.
  4. Les riches sont tous des voleurs.
  5. Il faut travailler dur pour gagner de l’argent.
  6. L’argent ne fait pas le bonheur
  7. Les gens qui s’intéressent à leur argent sont mesquins, étroits d’esprit, égoïstes, et n’ont pas de grands rêves.
  8. C’est inéluctable, il y aura toujours des riches et des pauvres.
  9. Les banquiers, percepteurs, et autres spécialistes de la gestion de l’argent ne sont que des requins, des monstres assoiffés de sang qui rêvent de me dépouiller.

 

 

 

2. Notre « droit » à l’argent, notre relation personnelle à l’argent

Les culpabilités issues de religions déformées nous ont imprégnées de l’idée que :
– le bonheur (l’Abondance entre autres) se mérite

– et nous, personnellement, ne sommes pas assez « gentils » pour le mériter.

A cela ont pu s’ajouter :

  • les valeurs des collectivités où on se trouve (famille, quartier, lieu de travail, …), qui vont selon le cas, approuver ou rejeter les signes visibles de richesse.
  • et les mémoires transgénérationnelles.

 

D’où les croyances / émotions :

  1. Je n’ai pas droit à l’argent, je ne le mérite pas.
  2. Il faut se sacrifier pour les autres, c’est plus important que d’avoir de l’argent.
  3. Je trahis ma famille si je suis riche (ou, selon le cas : Je la trahis si je suis pauvre).
  4. Je n’ai pas fait d’études, donc je ne peux pas être riche.
  5. Si j’ai beaucoup d’argent, mais que je ne suis pas issue d’une famille riche, les autres gens riches vont me mépriser ; ou me rouler, et je redeviendrais pauvre.
  6. C’est être prétentieux et égoïste que de vouloir être riche.
  7. Honte de ne pas avoir suffisamment d’argent / ou d’avoir beaucoup d’argent.
  8. Ma famille n’avait pas d’argent, je n’ai pas le droit de faire mieux qu’eux.
  9. Ma famille n’avait pas d’argent, mais on a passé de bons moments ensemble ; alors si je reste pauvre, je vais continuer à passer des bons moments comme avec eux.
  10. Dans ma famille, ça fait des générations qu’on n’a pas d’argent ; je ne vois pas pourquoi ça changerait.

 

 

 

3.  Notre capacité à gérer l’argent avec plaisir :

J’en vois déjà qui font des bonds rien qu’à cette idée  😉

 

Faire les comptes, ça peut être une corvée nécessaire, pire, un moyen de vérifier régulièrement que : « ouf, ce n’est pas encore aujourd’hui qu’on est interdit bancaire » (un état d’esprit qui n’aide pas : Loi d’Attraction, toujours); ça peut être aussi quelque chose « qu’on fera demain » (depuis combien de temps on dit ça, déjà ?!).

Mais gérer l’argent avec plaisir, quelle drôle d’idée !

Et si, pourtant : si on voit sa situation s’améliorer, si on voit un budget comme étant une demande faite avec confiance à l’Univers, si on est dans un état de gratitude permanent ou presque…

Je n’ai pas dit que c’est toujours facile, mais c’est certainement le meilleur moyen d’arranger les choses.

 

croyances sur l'argent

On peut aussi voir l’état de nos finances comme un tableau de bord très précis de notre psychisme (exactement comme notre corps physique, et comme tout ce qui nous concerne).

 

Quelques croyances / émotions : 

  1. Si je fais mes comptes, je vais m’apercevoir des « catastrophes qui m’attendent », et ça me fait troooop peur ! (croyance sous-jacente, évidemment : il va m’arriver des catastrophes).
  2. Ceux qui font leurs comptes sont des angoissés, qui ne font pas confiance à l’Univers ; ils comptent leurs p’tits sous, ils sont mesquins.
  3. Je DEVRAIS savoir mieux gérer mon argent => culpabilité, sentiment douloureux : on évite d’y penser.
  4. Je ne suis pas assez intelligent(e) pour gérer de l’argent, au-dessus du minimum vital. Il y a trop de choses à apprendre, je ne saurai jamais.
  5. C’est mal élevé de parler d’argent
  6. Mes parents ont toujours été des paniers percés : je ne vois pas comment je pourrais être autrement, c’est comme ça, c’est la vie.
  7. L’argent c’est dangereux : beaucoup de nouveaux riches se sont retrouvés, quelques années plus tard, encore plus pauvres qu’avant.

 

 

4. Nos croyances / émotions générales qui ont un effet sur notre relation à l’argent.

On peut  chercher encore plus loin, et trouver des croyances qui sous-tendent les précédentes. En les changeant, on a de grandes chances d’améliorer bien d’autres domaines de sa vie, pas seulement le domaine financier.

 

En voici quelques exemples :

  1. Je n’ai pas été assez gentil(le) pour mériter d’avoir ce que je souhaite : l’Abondance en particulier.  (on reconnaît ici l’habitude de « récompense / punition » instaurée depuis l’enfance)
  2. La peur de se tromper, pour tout, donc entre autres dans sa gestion de l’argent.
  3. Il faut souffrir pour atteindre son objectif ; autrement, « ça serait trop facile ».
  4. Plus je connaîtrai les lois et l’organisation politique et financière, plus je serai submergée par l’écoeurement et le sentiment d’injustice, plus je me sentirai à la fois victime et bourreau, je préfère ne pas voir ça !
  5. Peur d’être déçu(e) quand j’entreprends quelque chose, entre autres, de gagner plus d’argent.
  6. J’ai toujours été celle qui passait après tout le monde : pour l’argent c’est pareil.
  7. Peur d’affronter les gens qui pourraient être source d’argent pour nous : se faire payer un prix juste, demander une augmentation, réclamer ses droits en cas de litige, etc.
  8. Il faut toujours se battre pour atteindre son objectif : ou je n’en ai pas envie et je laisse tomber d’avance, ou je m’épuise dans des combats stériles.
  9. C’est mesquin et égoïste de connaître ses droits et de les revendiquer : c’est attacher vraiment beaucoup d’importance à sa petite personne.

 

 

Voilà. Quelques exemples de croyances et émotions douloureuses parmi des centaines. Plus j’anime les ateliers « EFT Abondance », plus je constate les effets désastreux qu’elles ont eu dans les existences, étouffant les superbes potentialités que nous avons tous.

 

Heureusement, des croyances ça peut changer ! Et des blessures émotionnelles, ça se guérit. Surtout avec les superbes outils dont nous disposons à l’heure actuelle, l’EFT en particulier.

 

 

Parmi les croyances ci-dessus, lesquelles VOUS  concernent le plus ?

Dans quelle mesure elles sont un obstacle, des obstacles, à une vie qui vous plairait bien davantage ?

 

Aimeriez-vous vous alléger de quelques boulets au pied comme celui de l’image ci-dessus ? Je n’en ai représenté qu’un (mais un gros !), alors qu’en réalité nous en avons tous des milliers : autant que de croyances limitantes et d’émotions douloureuses…

 

Chaque fois que vous en enlèverez un, cela fera dans votre vie une différence énorme ! Le sentiment d’être allégé, davantage d’énergie, de liberté, et dans le cas qui nous préoccupe ici : davantage d’argent, certainement. Vous vous sentirez plus libre d’en recevoir, moins « obligé » de le jeter par les fenêtres…

 

 

Et à vos yeux, l’argent sera de moins en moins chargé d’émotions pénibles et contradictoires : il redeviendra pour vous un simple outil (parmi d’autres) qui sert à réaliser VOS objectifs.

 

Je vous souhaite de tout coeur de les atteindre, et qu’ils vous rendent heureux(se).

 

 

Dans les ateliers « EFT  L’argent et VOUS », vous retrouverez les quatre thèmes évoqués dans les paragraphes ci-dessus, c’est-à-dire vos croyances sur :

  1. L’argent, les gens riches
  2. Votre « droit » à l’argent, votre relation personnelle à l’argent
  3. Notre capacité à gérer l’argent

Et celles de vos croyances / émotions générales qui ont un effet sur votre relation à l’argent.

 

Mais vous ne vous limiterez pas à lire rapidement des listes, en vous disant que « oui, ça serait bien mieux si vous n’étiez pas imprégnés de telle ou telle croyance ou émotion ». Vous allez réellement travailler dessus, en douceur, à l’aide de cet outil extraordinaire qu’est l’EFT.

Et dans ces circonstances, enfin, votre cerveau émotionnel voudra bien intégrer la nécessité de changer de point de vue… pour votre plus grand bien, et pour le plus grand bien de tous 🙂

 

 

 

Cet article vous a plu ?
Pour pratiquer facilement l’EFT au quotidien
recevez « 10 astuces pour faire de l’EFT n’importe où et n’importe quand », 
et un schéma des points EFT imprimable.
Il vous suffit de vous inscrire ici :

Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

 

10 reflexions sur “L’argent vous fuit ? Et si c’était une question de croyances ? (2)

  1. Marc Blais

    J’ai en effet remarqué qu’en finance personnelle, les outils standards comme le fameux budget ne fonctionnent pas toujours…

    La raison pour moi, n’est ni l’incapacité ni le manque d’habilités intellectuelles des gens.

    J’abonde donc dans le sens que nos pensées et nos croyances représentent des blocages sérieux à la réussite financière; tel que vous le décrivez si bien.

    Je vois donc l’EFT comme un bel outil d’auto-coaching.

    Merci!

    1. Claude Auteur de l'article

      Merci de votre commentaire.

      Vous travaillez concrètement sur des problèmes financiers avec des gens, et vous confirmez l’analyse que je fais, avec un point de vue uniquement psycho. C’est deux points de vue complémentaires, intéressant.

  2. Edouard

    Bonjour Claude,

    Très bon article et surtout très complet ! Je m’intéresse depuis peu à l’EFT. Je sais que j’ai des croyances limitantes par rapport à l’argent. La plus importante est sans doute le « manque ».

    Je ne prend pas toujours du plaisir quand je dépense mon argent…..quand ce sentiment m’envahit, je me tapote discrètement afin de relâcher tout cela…L’idéal bien sûr est de remonter à la source 🙂

    1. Claude Auteur de l'article

      Bonsoir Edouard

      Merci pour le commentaire et les compliments 🙂

      L’idée de ne pas prendre de plaisir en dépensant de l’argent : j’ai failli dire que payer une facture n’était pas forcément un grand bonheur, mais ça m’a rappelé qu’à ces moments-là, il serait bon d’être dans la gratitude pour le service rendu (eau, électricité par exemple, bien que ce soit débité en automatique la plupart du temps).

      Quand il s’agit de dépenses du quotidien : il peut y avoir un peu de culpabilité en dessous : l’exemple le plus simple, c’est des parents « qui se seraient sacrifiés pour leurs enfants » ; mais il y a plein d’autres situations qui génèrent de la culpabilité et de la peur quand on dépense.

      Super, de faire de l’EFT quand vous ressentez ce stress : ça fera peut-être « fondre » le problème sans que vous cherchiez plus loin… ou pas. « Discrètement », c’est les points des doigts ? Vous savez sans doute qu’on peut aussi faire de l’EFT mentalement, c’est tellement pratique : http://www.jaime-left.com/2014/08/01/left-mentalement-au-reveil-le-soir-et-dans-la-nuit-et-quand-vous-voulez/

      J’ai lu quelques articles de votre blog : joli titre, « Le coin optimiste » 🙂 . Et je vois que nous partageons le même enthousiasme pour l’EFT.

      Plus on sera nombreux à aider les gens à prendre conscience qu’ils ont la clé (intérieurement) de leur relation à l’Abondance, plus le monde ira mieux.

      1. florespire

        Quand on paye ses factures on peut aussi se dire que même si pour certains ils ne leurs reste rien, au moins les factures sont payées, pas de relance, pas de pression, pas de stress !

        1. Claude Auteur de l'article

          Et là, ouf, on respire ? 😉

          Bonjour Flore, ou Florence (?); vous avez un joli pseudo, en tout cas, avec plein de significations possibles : je pensais aussi à « flore et spires » (spirale de l’évolution spirituelle, de la Vie)… Bon, j’aime bien tourner les mots dans tous les sens, par moments : j’espère que vous ne m’en voudrez pas.

          Après ce passage par l’imaginaire, retour aux questions de factures : ce que vous dites est tout à fait logique.

          Mais on n’est pas que logique, pas du tout. Plus je travaille sur la relation entre l’argent et l’émotionnel, plus je découvre de comportements à des années-lumière d’une logique comptable… mais pourtant tellement humains.

          Et ils deviennent plus logiques, et surtout plus agréables à vivre, quand on guérit la blessure émotionnelle qui les provoquait.

          Merci de votre commentaire 🙂

  3. Mirabelle

    bonjour, moi ma croyance c’est que si j’ai de l’argent, il y a un prix à payer… je vais le « payer » par des malheurs… mort d’un proche, accident, maladie, car on ne peut pas tout avoir…

    1. Claude Auteur de l'article

      Bonjour Mirabelle, et merci de votre commentaire. Cette croyance n’était pas dans l’article, c’est vrai. Il y a tellement de croyances sur l’argent… J’en avais noté plus de 120, puis j’ai arrêté de les écrire.

      Vous savez quoi faire : « Même si ma croyance c’est que si j’ai de l’argent, je vais le « payer » par des malheurs, je m’aime et je m’accepte… / j’ai peur du « prix à payer » / c’est dangereux d’avoir de l’argent / on ne peut pas tout avoir… », aussi laissez venir des images, et tapotez sur ces images. Si elles sont vraiment effrayantes, une astuce de PNL c’est de les voir toutes petites, en noir et blanc, et de les faire grandir progressivement, sans vous faire peur.

      Il y a certainement une référence à quelque chose qui s’est passé dans votre vie, ou dans l’inconscient familial. Une amie avait la même croyance que vous, ça lui évoquait un riche ancêtre à elle, qui s’est fait tuer pendant la Révolution de 1789. Son inconscient avait besoin d’intégrer que ça ne la concernait pas : « Même si mon ancêtre s’est fait tuer à la Révolution, ce n’est plus mon histoire / je connais la Loi d’Attraction : je n’attirerai pas la même chose même si je suis riche / Je peux lui envoyer plein d’Amour, mais le fait que je reste pauvre ne l’aidera pas du tout à être plus heureux…

      Voilà : j’espère que ça vous aura aidée.

  4. michel

    Bonjour,

    beau sujet bien développé.
    Je m’y suis intéressé car je trouve que l’argent me fuit et qu’il ne m’est pas facile de mettre en place. L’argent s’évade et ne veut pas rester près de moi, pourtant j’ai lu et relu votre article je ne me trouve aucune croyance limitante ni de rejet et ni de jalousie de quelque manière soit-elle.

    Un seul point où je me retrouve néanmoins est celui de faire mes comptes pour savoir où j’en suis et m’exclamer d’avoir besoin/dépenser autant.
    Je ne suis nullement radin, mais je calcule et je compte et ne me fais pratiquement jamais plaisir parce que c’est juste!!

    J’aime l’argent parce qu’il est avant tout un moyen utile et nécessaire. J’en gagne insuffisamment parce que je fais un travail plus alimentaire qu’autre chose et que je …déteste.
    Donc, je pense comprendre que celui-ci ne peut pas m’apporter fortune puis-qu’entre nous, ce n’est pas l’amour. Mais je le fais avec respect.

    J’ai créé beaucoup de choses, mais aucune d’elle ne m’a apporter fortune. Pourtant elle auraient dû dans le sens où je créais une réponse à des besoins.

    Peut-être devrais-je tenter à nouveau une constellation familiale afin de voir si ce n’est pas un cadeau/fardeau transgénérationnel !

    Merci

    1. Claude Auteur de l'article

      Bonjour Michel
      Quelques articles qui pourront peut-être vous donner des pistes :

      – Pour trouver un métier où vous vous épanouirez davantage : http://www.jaime-left.com/2015/10/14/et-si-vous-aimiez-les-lundis-et-tous-les-jours-de-la-semaine-1/ et l’article qui le suit.

      – Les constellations familiales : c’est effectivement un super outil, et beaucoup de nos problèmes viennent souvent de l’inconscient familial. Sur ce blog, deux protocoles EFT (avec audio) concernent la relation aux ancêtres : http://www.jaime-left.com/2013/08/17/protocole-eft-apaiser-linconscient-familial-faire-la-paix-avec-nos-ancetres/, et http://www.jaime-left.com/2014/07/26/sauver-grand-grand-papy/.

      Sur l’argent : quand je faisais les ateliers « EFT Abondance », j’avais noté 120 croyances sur l’argent, puis j’arrêté d’en noter… Il suffit de quelques-unes, même une seule, qui comme un grain de sable dans des rouages, pour bloquer le fonctionnement de notre « aimant à Abondance ». Et ces croyances concernent des parties de nous, pas nous en entier : on peut très bien les rejeter consciemment, les trouver absurdes, mais qu’elles soient quand même agissantes dans notre vie. Notre cerveau émotionnel et notre cerveau rationnel, ce n’est pas le même organe.

      La confiance en notre valeur, notre droit à être heureux, peut aussi influer énormément ; je n’ai pas beaucoup développé cette idée dans cet article, je le ferai certainement un jour… pas tout de suite.

      Je ne vous connais pas du tout, mais je me permets de vous suggérer une piste de réflexion. Voilà : vous écrivez « Je ne me fais pratiquement jamais plaisir parce que c’est juste !! ». Cette phrase peut se lire de deux manières :

      – Vous vouliez sans doute dire : « mes comptes sont trop « justes », il me reste trop peu d’argent pour me faire plaisir.

      – Mais on peut aussi la lire : « C’est juste que je ne me fasse pas plaisir ».

      Et même, peut-être : j’ai essayé de reformuler votre phrase, en employant comme vous le mot « juste ». Ce qui a donné « mes comptes sont trop justes »… est-ce que, pour des parties de vous (mais pas vous en entier), il est juste que vous n’ayez que peu d’argent ? Dans ce cas, pourquoi ? qu’est-ce qui vous vient ? Que ressentez-vous ? (je ne vous propose évidemment pas de répondre ici, sauf si vous le souhaitez… c’est entre vous et vous).

      J’espère que ces suggestions et ces articles vous seront utiles. Bonne journée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Partagez304
Tweetez
Partagez
+1
304 Partages