J'aime l'EFT

Les zigzags de l’Âme, ou mon rapport à la spiritualité

Grottes de ChorancheEn réfléchissant à la question « quel est mon rapport à la spiritualité ? », posée dans le cadre de la Croisée des Blogs, je regarde mon passé et il me vient l’image de mon âme / mon Dieu Intérieur, comme une rivière par moments souterraine, mais remontant à la surface chaque fois qu’elle en a l’occasion, avec une persistance impressionnante.

 

Un conditionnement catholique

J’ai passé toute ma scolarité dans une école catholique ; avec un conditionnement chrétien peu relayé par mes parents, heureusement. (je n’étais dans cette école que parce qu’elle était proche de chez moi, et qu’elle avait de bons résultats au bac). Ma vision de Dieu à cette époque ?  Un « Bon Dieu » vengeur (comme si ces mots allaient ensemble), une sorte de Père Fouettard sur son nuage qui guettait impitoyablement la petite fille que j’étais pour l’envoyer en enfer à la moindre erreur de parcours.

Mais je vivais tout de même  dans un questionnement incessant, dans le sentiment croissant que quelque chose n’allait pas, et qu’il y avait beaucoup de choses à apprendre au-delà de ce qu’on me racontait au catéchisme.

 

 

On me disait qu’il fallait tout faire comme Jésus … 🙁

 

 

Dix ans d’athéisme

Résultat d’une vision aussi sinistre : après le bac, 10 ans d’athéisme clamé haut et fort. Je ne jurais plus que par la politique : il fallait délivrer le gentil Tiers Monde des méchants néo-colonialistes (idée pas tout à fait fausse, mais très très simpliste quand même).  Et pour bien comprendre les fondements de ces civilisations, « bien meilleures » que l’Occident, je commençais par étudier … leurs religions ! Tout en me disant qu’après, j’étudierai la situation politique de ces pays.

Je l’ai fait, un tout petit peu. Par contre, je me suis beaucoup plus intéressée au bouddhisme, aux religions d’Amérique précolombienne, et à l’Islam ; tout cela alterné avec des livres de parapsychologie et ceux de Lobsang Rampa (ah, les éditions J’ai lu ! Ma « bible » de l’époque). J’ai même rédigé avec passion un petit mémoire sur le soufisme, au cours d’un module sur la politique dans le monde musulman, tout cela dans le cadre d’une licence de maths… pour une gauchiste athée se méfiant comme de la peste de la spiritualité, il fallait le faire, quand même.

Je me méfiais de la spiritualité ? C’est ce que je disais à l’époque. En fait, je fuyais seulement tout ce qui ressemblait au christianisme que j’avais connu : « Chat échaudé craint l’eau froide ».

 

 

L’Afrique

Toujours dans le but de mieux connaître le « gentil Tiers Monde persécuté », j’ai passé quatre ans en Côte d’Ivoire, en tant que prof de maths. Six mois plus tard, je commençais enfin à comprendre que les rapports entre les civilisations étaient plus complexes que je le pensais, qu’il n’y avait pas les pauvres gentilles victimes d’un côté et les méchants de l’autre.

J’avais sûrement un peu lu sur la Loi d’Attraction dans mes piles de livres de la collection « J’ai Lu » ; mais j’étais encore très loin de me demander en quoi chaque peuple contribuait à créer son histoire et dans quel but (spirituel, je veux dire).
Cette question aurait pu être un garde-fou pour éviter d’accuser les uns ou les autres.

 

 

 

Les mondes invisibles …  Que de questions !

En Côte d’Ivoire, j’ai posé des dizaines de questions à des dizaines de gens, qui m’ont tous raconté des histoires de mondes invisibles : esprits de la nature, revenants, réincarnation, métamorphoses, guérisons « miraculeuses », rituels, fétiches (dans mon vocabulaire actuel : objets chargés, bénéfiques ou non), et malheureusement, de sombres histoires de sorcellerie.

Certaines questions se posaient alors à moi d’une façon vraiment cruciale : « qui a raison, qui a tort ? Les Africains pour qui ces phénomènes font partie de la vie quotidienne, ou les Occidentaux qui, ne voulant rien savoir de ces questions, déclarent que ce n’est pas vrai. » ?.

 

J’avais tout de même du mal à sauter le pas.  J’ai même fonctionné pendant un moment en me disant : « Dans les axiomes occidentaux, cet événement s’explique de telle manière, et il faut faire comme ceci; dans les axiomes africains, il s’explique de telle autre manière, et il faut faire comme cela. Alors, je conclus quoi et je fais quoi ???? … « . Résultat : mal à la tête, et pas de réponse.

 

– tu avais lu plein de livres sur les autres religions, sur la parapsychologie, sur les civilisations de Côte d’Ivoire, et malgré tout, tu restais coincée comme ça, entre deux systèmes de pensée ? La réponse était pourtant évidente.

– évidente : oui. … avec le recul. Quand il s’agit de lectures, tu peux mettre les infos tranquillement dans un coin de ta tête, et te dire : « ça a vraiment l’air intéressant, mais je verrai plus tard ». Mais quand c’est des « vrais gens », en chair et en os, devant toi, et des amis la plupart du temps, et quand ces gens se disent qu’ils ont vu un fantôme la semaine dernière, et des esprits de la nature ce matin, tu fais quoi ? Je ne vais pas dire qu’ils sont fous, quand même… Qu’un ou deux aient mal vu, ça passe; pas des dizaines. Ce serait un manque de respect absolu, d’ailleurs.

– alors, où est le problème ?

– Il est évident, le problème ! Soit c’est mes amis africains de maintenant qui sont complètement fous, tous, ce qui est peu probable; soit c’est Papa, Maman, Papy, Mamy, et presque tous les gens que j’ai connu en France et ailleurs qui m’ont raconté d’énormes c…  toute ma vie ! Sacré dilemme, quand même…

 

Quand j’ai enfin réussi à me sortir de mes conflits de loyauté, j’ai décidé consciemment que « tout ça » était la question la plus fondamentale de l’existence et que j’en faisais désormais une priorité absolue.

« Tout ça » quoi ? Pêle-mêle : l’invisible, les points communs entre les religions, notre potentiel inexploré … ça ne prenait pas encore le nom (encore tabou) de spiritualité, mais ça y ressemblait de plus en plus.

 

 

Retour en France

Là, mes choix de vie étant enfin conscients, tout est devenu plus clair, moins « zigzag » ; parallèlement à la vie de famille et la vie professionnelle : lectures en rapport avec la spiritualité, stages de développement personnel, écriture, puis plus récemment ce blog et le métier de thérapeute.

 

Et… j’ai failli oublier, tellement c’est évident pour moi : dans la Croisée des Blogs (voir ci-dessous),  Tatiana Ecoto propose de parler d’une « méthode qui marche du tonnerre » : pour moi, c’est évidemment l’EFT, et je suis contente d’en parler dans ces termes.

Pour reprendre les comparaisons de l’article précédent, le rôle de cette technique est : d’enlever les nuages qui cachent notre Soleil intérieur, d’améliorer notre « Connexion Internet », et de faire de notre vie un Paradis Terrestre, le plus souvent possible. De mon point de vue, l’EFT aide beaucoup à cela ; mais je ne vais pas en parler davantage, tout mon blog « J’aime l’EFT » ne fait que cela ou presque. 😉

 

 

Les jeux de cache-cache et les zigzags de l’Âme

Comment la spiritualité influe-t-elle sur la connaissance de soi ? Je suis impressionnée de voir à quel point elle s’est faufilée obstinément dans ma vie, derrière mes différents « masques » de catholique, d’athée, de sociologue-enquêtrice improvisée (en Afrique)… comme une rivière souterraine qui apparaît de temps en temps à la surface, comme des fleurs qui réussissent parfois à traverser le béton des certitudes.

J’en avais conscience, bien sûr, mais pas à ce point. Du coup, ce qui devait n’être qu’une conclusion de  « Adam, Eve, et une spiritualité sereine » est devenu un article à part entière.

 

 

Quand l’Âme se fâche…

Quand nous sommes trop occupés à « jouer » (avec notre belle voiture, notre travail valorisant, ou encore à regarder la télé), que nous n’écoutons rien de ce qu’Elle nous souffle à l’oreille, l’Âme se fâche ; elle nous retire quelques jouets : et c’est l’accident, la maladie, la perte de ce métier dont nous étions si fiers, ou de cet « emploi » routinier qui nous permettait de ne pas nous poser de questions.

« Le Destin guide celui qui l’accepte, et traîne celui qui lui résiste », disait Sénèque. Guère plus rassurant, Jung renchérit : « Ce qui ne vient pas à la conscience, revient sous forme de destin. »

 

 

Une urgence : nettoyer les sous-sols !

Avec le recul, je me dis que j’ai plutôt eu de la chance : un jeu de cache-cache plutôt rigolo (une athée passionnée de religions : lol !), et pas de grosse grosse « confiscation de jouets »…  un peu quand même, mais ça va.

 

Mais qu’est-ce qui se cache dans les sous-sols de mon inconscient ? Tant que je n’y jetais que de vagues coups d’œil en m’éclairant à la bougie, je n’y voyais pas grand-chose d’inquiétant, mais maintenant que je dispose de lampes de plus en plus perfectionnées (des super outils de développement personnel) … j’en vois de plus en plus, berk ! Des d’attachements, des peurs irrationnelles, des vieilles rancunes, des jugements : de moi, des autres, de la Vie… Mais bon : je ne suis pas la seule, je pense. Et plus on se libère, plus ça aide tous les êtres, c’est une motivation supplémentaire.

 

 

L’Âme, si difficile à entendre ?

Nous sommes des Âmes, qui avons un corps physique, pour faire des expériences terrestres.

On peut le savoir rationnellement, sans que ça change consciemment notre vie pour autant. Pourquoi ? Peut-être parce que inconsciemment, on s’attend un peu à ce qu’elle s’exprime de façon spectaculaire, comme Dieu rugissant des paroles décisives au sommet d’une montagne, dans le cinéma hollywoodien.

 

En fait : non. Je viens de voir ci-dessus, qu’elle s’exprime constamment, à travers les failles de nos carcans de certitudes, derrière nos discours « définitifs ».

Elle peut s’exprimer à travers nos questionnements, nos mal-être, ou des contradictions entre nos paroles et nos actes : le misanthrope affiché qui risque sa peau pour sauver des vies, le cynique au coeur tendre qui est toujours présent quand on a besoin de son aide. Leurs paroles dures cachent des blessures, tout simplement. Comme mon « athéisme » agressif tentait de protéger une petite fille terrorisée par un « Bon Dieu » tyrannique.

Je tenterai de mieux observer leur Lumière derrière les carapaces de certaines personnes, ça devrait me rendre plus patiente à leur égard…

L’Âme peut aussi taper du poing sur la table, j’en ai parlé plus haut : « Arrête de confondre ta Vie avec un jeu de Monopoly ! Tu vaux bien Plus que ton compte en banque. Et si tu ne veux pas entendre et que tu continues à tourner en rond, tes petits billets vont s’envoler, tout de suite ! »… par exemple.

Heureusement, elle peut s’exprimer vraiment en douceur, nous donnant la solution à nos problèmes, nous attirant ce qui nous rend heureux…. mais on ne l’entend que si on l’écoute.

 

Merci Tatiana, de cette occasion de chercher plus loin … plus que je ne m’y attendais au début de cet article. 🙂

 

 

Cet article fait partie de la série :

1. Adam et Eve, et une spiritualité sereine (sans culpabilité !)

2. Les zig-zags de l’Âme, ou mon rapport à la spiritualité.

Il est proposé à la 83e édition de la Croisée des Blogs, et le thème, « Comment la spiritualité influe sur la connaissance de soi ? », a été choisi par  Tatiana Ecoto.

 

Cet article vous a plu ?
Pour pratiquer facilement l’EFT au quotidien
recevez « 10 astuces pour faire de l’EFT n’importe où et n’importe quand », 
et un schéma des points EFT imprimable.
Il vous suffit de vous inscrire ici :

Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

 

8 reflexions sur “Les zigzags de l’Âme, ou mon rapport à la spiritualité

  1. Katibel

    Bonjour Claude,
    Je me rends compte en lisant ton « billet » que tu as échappé au pire. Oui, tu aurais pu être une révoltée si tu n’avais pas eu des parents pour modérer l’effet de la religion catholique.
    J’ai été en révolte durant des années. D’ailleurs, je pense l’être encore un peu mais pour des causes plus nobles.
    Contrairement à toi j’ai fui tout ce qui touche aux religions.
    Tu parles dans ton article de vision de tes amis africains.
    Je vais te confier une chose dont je n’ai jamais parlé.
    Lorsque j’avais une dizaine d’années, j’étais avec ma mère, sans doute pour les vacances. Ma mère ,très handicapée était très croyante. Une nuit, ou bien était-ce déjà l’aube, je me suis réveillée et nous avons vu avec ma maman ce qui pouvait ressembler à la sainte vierge.
    J’ai été perturbée car à l’époque je n’avais pas encore pris partie pour ou contre la religion.
    Une lumière éclatante a envahie la chambre et au milieu on pouvait distinguer la forme de la Vierge qui a fait un signe de bénédiction.
    Avons-nous rêvé toutes les deux ? Je ne sais pas, mais aujourd’hui ça n’influence pas ma vision des choses, l’Univers est fait de forces combinées et nous sommes cet Univers.
    Merci pour ce bel article.
    Belle et douce journée.
    Katibel

  2. Claude Auteur de l'article

    Re-bonsoir Katibel 🙂

    Superbe histoire, et merci de ta confiance, quand tu la racontes ici.

    Nous ne percevons qu’une minuscule partie de l’Univers, il me semble donc logique qu’il y ait autour de nous des milliards de milliards d’entités invisibles à nos yeux physiques. Les médiums en perçoivent un peu plus que nous, c’est tout.

    D’après ce que j’ai lu (pas perçu directement, hélas), il arrive qu’une entité se matérialise partiellement pour aider une personne. Elle prend alors la forme qui lui fera le plus de bien, c’est une façon de communiquer. Il me semble que c’est ce qui s’est produit pour vous. Ta mère s’est-elle sentie mieux après ?

    Ces actes de « l’invisible » (à NOS yeux) n’ont rien à voir avec des dogmes religieux. Je pense que nous sommes aveugles à 99,99999 % de la réalité (pour un bon médium, tu retires peut-être quelques chiffres 9).

    A partir de là, il y a des gens sincères qui parlent de ce qu’ils voient, parce qu’ils voient un peu plus loin; et il y a ceux qui profitent de cette faille pour raconter n’importe quoi et prendre du pouvoir sur les autres. Il faut juste faire le tri, avec l’intuition et la logique.

    Mais ce n’est pas grave : on a déjà plutôt du mal à gérer tout ce que nous percevons, et un tout petit peu de ce que nous « percevons presque » (comme dans ce que tu as raconté). Alors imagine que nous percevions TOUTE la réalité… on ne suivrait plus à un certain niveau de nous.

    Ou alors, si, c’est peut-être ça l’Illumination, un saut quantique qui nous séparerait définitivement de notre état de conscience actuel, un peu comme on monte un étage… ???

    Mais ne t’en fais pas, je ne m’aventure pas à appeler ça « spiritualité » 😀 😉

    Allez, stop, ça commence déjà à me dépasser. Bonne soirée, à bientôt.

  3. Helene

    Hello Claude,

    Voila des réflexions bien pertinentes sur ton parcours ou tu as roulé ta bosse.

    Et c’est une chance, car ce parcours a pu d’aider à affiner ta pensée et à te faire avancer dans la perception du monde dans lequel tu as évolué. Les livres ne font pas tout comme tu le soulignes. Rien ne vaut l’expérience de terrain.

    J’ai eu ma période ou la foi était réelle et engagée. Puis vint la période de doute ou mon raisonnement m’a confronté aux réalités des « lois établies » par le clergé au regard des divorcés. Je ne l’ai jamais digéré.

    Ma foi est toujours présente mais teintée d’une réflexion différente et sans doute plus mature.

    Je ne reçois pas tes notifications d’articles, je viens de m’inscrire à ta new. Donc je suis sensée maintenant les recevoir ?

  4. Claude Auteur de l'article

    Salut Hélène

    Merci de ton commentaire. J’ai lu ton article, où tu parlais de ta foi engagée. Comme tu le vois ici, ça fait très longtemps que j’ai renoncé à toute étiquette religieuse, Pour pouvoir écouter notre Sagesse intérieure, il ne faut pas qu’on nous dise comment il faut vivre, seulement indiquer des pistes possibles.

    Je n’envoyais pas de notifications d’articles (je devrais sûrement le faire), seulement une Newsletter tous les mois, pour présenter rapidement les articles précédents et donner une idée des prochains. J’écris la prochaine NL cette semaine. 🙂

    Je t’embrasse.

  5. BENVENUTI André

    Je pense très sincèrement que le ciel est vide et donc qu’aucune entité extérieure commande notre vie. Nous n’avons pas d’âme mais une conscience qui s’éteint avec nous.Ce que je reproche aux religions ,c’est de vouloir -coute que coute- imposer leurs vues. Ce que je reproche aux autres croyances c’est de ne pas comprendre que les « esprits » sont dans notre tête et pas ailleurs et que seul notre inconscient dirige notre vie,notre santé,nos rapports avec les autres.J’habite une région qui fut le théâtre d’un drame religieux atroce:le massacre des cathares.Des siècles après ,la trace est toujours là! Pourquoi tant de haine? Je suis athée et je ne combattrait que si je suis physiquement attaqué. Les idées religieuses m’ indifférent et aux mieux ,je les trouve extravagantes.

    1. Claude Auteur de l'article

      Re-bonsoir André.

      « Le ciel est vide et donc qu’aucune entité extérieure commande notre vie. Nous n’avons pas d’âme mais une conscience qui s’éteint avec nous » : cf ma réponse à ton autre commentaire, ici : https://www.jaime-left.com/2015/08/13/adam-et-eve-et-une-spiritualite-sereine-sans-culpabilite/.
      .

      Le massacre des cathares… et la St Barthélémy, et l’Inquisition, et tant d’autres horreurs. Bien sûr, que devant tant d’absurdités sanglantes prétendant défendre une religion, on a envie d’être athée. Je l’ai même été pendant 10 ans. Mais de mon point de vue actuel, tout cela n’a rien à voir avec la spiritualité. Il s’agit seulement de fanatisme et d’appétit de pouvoir, et cela n’est pas propre aux religions : il n’y a qu’à regarder certains dirigeants, d’hier et d’aujourd’hui.
      .

      Amitiés.

      1. BENVENUTI André

        Nous sommes composés de trois « entités »:un corps ,un conscient ,et un inconscient..Le « Kapelmeister » (chef d’orchestre) de tout cela c’est l’inconscient .Certains(es) l’appellent l’ame mais l’âme est une notion « religieuse » et non spirituelle c’est pour cela que je préfère « l’inconscient »..La puissance de cet inconscient est considérable:il peut nous guérir ou nous rendre malade,il nous fait « voir » des choses que nous sommes les seuls à » voir »,nous fait entendre des « voix » que nous sommes les seuls à entendre.

        1. Claude Auteur de l'article

          Salut André. On va réussir à se mettre d’accord, alors ! Ce n’est qu’une question de mots : âme, ou inconscient.
          Pour moi, parallèlement à la notion d’âme, il y a aussi l’idée d’incarnations successives (ou parallèles), l’âme serait le « truc » (encore !) commun à plusieurs vies. Ceci sans aucune référence à une religion, quelle qu’elle soit.
          La vie après la mort et la réincarnation, est-ce que ça existe ? C’est tout de même l’explication la plus simple aux milliers de témoignages que tu peux trouver sur Internet (NDE, etc; je t’ai déjà parlé de cette courte vidéo d’un médecin réanimateur, JJ Charbonnier : https://www.youtube.com/watch?v=I4lD0CeXeT8), et aux miens aussi. (histoire vécue, par moi : quand ma mère est partie vers d’autres Plans, mon fils de 8 ans a eu l’idée de lui demander « un signe qui ne fasse pas peur ». Aussitôt dit, aussitôt fait : à la minute même où j’ai transmis cette demande, une horloge ancienne s’est mise à sonner, elle a marché pendant plusieurs jours… elle n’avait pas fonctionné depuis des dizaines d’années.)
          A bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Partagez12
Tweetez
Partagez
+1
12 Partages