J'aime l'EFT

Que faire pour que le résultat d’une séance soit durable ?

calendrier

Au cours d’une séance, on a « déprogrammé » des croyances / zones douloureuses / objectifs inconscients, ces barrières sont parties;  une composante du problème, voire le problème entier, est réglé, tout va bien.

 

 

La plupart du temps, il suffit de réécouter une ou plusieurs fois l’audio des protocoles EFT faits en séance (je l’envoie après chaque séance individuelle et chaque atelier) : on en renforce l’effet, cela aide à aller plus loin par soi-même. Et cela ne prend qu’une dizaine de minutes.

 

On peut évidemment continuer à faire de l’EFT tout seul par la suite ! Ce serait même une très bonne idée : au fait, avez-vous lu les « 10 astuces pour faire de l’EFT n’importe où et n’importe quand » ? Vous les trouverez dans le formulaire dans la colonne de droite, ou en bas de cet article, ou encore ici; ça aide beaucoup pour travailler seul.

 

 

PAR CONTRE :   il arrive qu’à la fin d’une séance d’EFT (ou d’une autre technique), une personne ressente un réel progrès, mais … elle a un profond sentiment que le problème va revenir. Là, il y a un travail spécifique à effectuer : autrement, on construit sur du sable.

 

Pourquoi  ce sentiment ? Les raisons ne viennent pas de l’EFT ! 😉 

 

 

Il peut rester des aspects à travailler

Une première raison est expliquée dans cet article :  une comparaison entre les plantes qui ont une seule racine et celles qui ont des multiples tiges souterraines. On voit que la première catégorie est plus facile à déraciner que la deuxième. Dans le deuxième cas, la personne sent confusément qu’il reste des aspects à travailler.

 

 

Ou une croyance : mon problème va revenir

Pourquoi un problème reviendrait-il ? La Loi d’Attraction donne un élément de réponse : le problème revient parce qu’on pense qu’il va revenir, plus précisément parce qu’une partie de notre cerveau émotionnel est imprégné de l’idée que le problème va revenir.

Je dis bien : « une partie du cerveau émotionnel », pas la personne en entier. Mais la partie de la personne qui n’est pas sûre de la durabilité du processus  peut suffire à le faire échouer.

 

La question suivante coule de source : pourquoi notre cerveau émotionnel serait-il imprégné de cette idée ?

Il y a évidemment plusieurs causes, qui se ramènent à d’autres croyances. En voici quelques-unes :

  1. ça marche pour les autres, mais pas pour moi ; moi, je n’ai jamais de chance. Croyance sous-jacente : je suis une pauvre victime (j’y trouve forcément un bénéfice :  lequel ? C’est encore une autre affaire)
  2. J’ai ce problème depuis longtemps, il ne va quand même pas se résoudre en quelques minutes. Croyance sous-jacente : tout est long et difficile. (voir : « La croyance la plus toxique du monde »)

 

 

Ou un souhait inconscient…

Une autre raison, c’est un souhait inconscient que le problème revienne. Pourquoi pourrait-on souhaiter cela ?

 

Plusieurs catégories de raisons :

  1. Donner tort au thérapeute, ou à la personne qui a conseillé l’EFT :

o   Je n’ai besoin de personne, je résous tout moi-même, tout seul. Comme ce n’est pas moi qui ai inventé l’EFT, ni même qui ai mené la séance, je ne veux pas que ça marche. Croyance sous-jacente : je suis fort, que quelqu’un m’aide en quelque domaine que ce soit, c’est une humiliation pour moi.

o   J’ai envie de montrer que  « tous ces trucs »,  ça ne marche pas. Désir sous-jacent : montrer qu’on est plus fort.

 

  1. Bénéfices secondaires du problème, identification au problème, « loyautés familiales » :

o   moi, j’ai toujours eu ce problème, une partie de moi n’a aucune envie que ça change, sinon j’ai peur de ne plus me reconnaître ; ou que les autres ne me reconnaissent plus.

o   Les gens font plus attention à moi quand j’ai ce problème, j’ai l’impression de recevoir plus d’amour.

o   Peur d’être infidèle à ses proches, en utilisant des méthodes aussi « hors normes » que l’EFT : pire encore que de les utiliser, résoudre vraiment un problème grâce à elles ! « C’est inconcevable, voyons !  Tu ne peux rien guérir comme ça, ça ne se peut pas ! « . J’ai pris conscience de ce fonctionnement en écrivant l’article « Les zigzags de l’Âme » : voir le paragraphe : « Les mondes invisibles… que de questions ! ».  Abandonner le système de croyances de l’entourage, ce n’est pas simple, j’en ai fait l’expérience.

Il arrive aussi qu’il se soit produit une amélioration durable, mais que la personne préfère ne pas en prendre conscience : cela vient généralement de l’une des raisons ci-dessus.

 

 

En conclusion

Il est important de :

–          évaluer l’intensité du problème, avant et après la séance; pour que la personne se rende réellement compte du changement.

–          Après l’obtention d’un résultat positif, demander :  « entre 0 et 10, dans quelle mesure  penses-tu que ce résultat va tenir ? » ; et si le ressenti n’est pas à 10, demander pourquoi : c’est probablement pour l’une des raisons ci-dessus. Le simple fait d’attirer l’attention sur les croyances qui peuvent « ramener » le problème peut suffire ; d’autres fois, il est nécessaire de refaire un protocole EFT sur les croyances correspondantes.

 

porte ouverte (place des Vosges)

 

D’autre part, au cours de la séance, on a déverrouillé des serrures, ouvert des portes.  Il est essentiel d’être vigilant … à ne pas les refermer.

Cet article vous a plu ?
Pour pratiquer facilement l’EFT au quotidien
recevez « 10 astuces pour faire de l’EFT n’importe où et n’importe quand », 
et un schéma des points EFT imprimable.
Il vous suffit de vous inscrire ici :

Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Partagez
Tweetez
Partagez
+1
0 Partages