« Fais des efforts » : protocole EFT.

Le discours d’Emmanuel Macron affirmant que « trop de français oublient le sens de l’effort » a été ressenti comme un affront par beaucoup.

 

Comme j’ai entrepris d’utiliser les événements actuels en tant qu’outil de travail sur moi, j’ai observé l’impact de ces phrases sur moi : un mélange indistinct de colère, culpabilité, tristesse, et d’autres émotions loin d’être agréables.

 

Pourquoi cela ?

Chez la plupart d’entre nous, le reproche de « ne pas faire d’efforts » touche une zone du psychisme extrêmement douloureuse, que j’appelle la « zone de l’enfant grondé ». C’est l’occasion de guérir un peu cette partie de nous, en l’aidant à ne plus être perturbée par ce genre de critique.

 

Vu sous un autre angle, le reproche « Vous n’avez pas le sens de l’effort » est une variante de l’un des « 5 messages contraignants » auxquels se réfère souvent l’Analyse Transactionnelle : Fais des efforts, Sois fort, Sois parfait, Fais plaisir et Dépêche-toi.

On pourrait les appeler « messages embrouillants » aussi…  C’est bien, logiquement, d’être fort, de faire plaisir aux gens, et de se dépêcher quand c’est (vraiment) nécessaire. Mais quand tout cela devient une obligation permanente, on ne sait plus ce qu’on veut vraiment.

Revenons-en aux « enfants grondés »…

 

 

« Peut mieux faire », « Fais des efforts »

Vous vous souvenez à l’école, les bulletins où était écrit « Doit faire des efforts ». Au mieux, c’était précédé de « peut mieux faire ». Au pire le message véhiculé (ou perçu) était : « tu es nul et incapable de réussir, mais fais des efforts quand même ». C’est exactement ce genre de situation (entre autres) qui est réactivé.

C’est-à-dire que c’est le ressenti de l’enfant qui a vécu cela pour la première fois qui va s’exprimer. Après, de réactivation en réactivation, la blessure ne fait que s’élargir : voici une occasion de la guérir !

 

Protocole EFT : le discours sur « le sens de l’effort ».

Même si quand on parle de « sens de l’effort » je me ratatine comme un enfant grondé, j’ai conscience qu’il y a un blocage émotionnel en dessous, et que c’est une superbe occasion de le guérir.

  • Il n’est pas gentil le monsieur, moi je fais des efforts.
  • Moi je suis gentille
  • Il est méchant de ne pas s’en apercevoir
  • Pourquoi il ne s’en aperçoit pas ?
  • Je suis pourtant tellement gentille…
  • Peut-être que je ne le suis pas assez.
  • Les autres le sont sûrement plus, puisqu’on ne leur dit pas ça, à eux.
  • Oui, il n’y a que moi à qui on dit ça.

 

Quand on constate qu’on est plusieurs dans la même situation, on ne se replie pas sur soi, on tente d’exprimer ensemble qu’on se sent blessé. Mais ça tourne vite à la colère, et dans une colère collective, on se trouve de nouveau atteint dans une autre « zone d’enfant grondé » : « si tu ne te révoltes pas comme nous, tu es un lâche ! » ; « celui qui n’est pas avec nous est contre nous ». Et là, ça peut mal tourner aussi… D’où l’importance de saisir toutes les occasions pour guérir ce type de blessure, qui nous rend vulnérable à tout type de manipulation, même involontaire.

Cependant, sauf si l’adrénaline secrétée permet une action vraiment utile, la colère n’est qu’un couvercle qui cache les véritables émotions.

 

Revenons donc à notre pauvre gamine solitaire… 

 

Croyance : être seule à avoir un problème

  • Je ne vois personne qui se fasse gronder aussi.
  • En même temps, je suis toute seule ici à pleurer dans mon coin.
  • Il est méchant, il m’a fait de la peine.
  • Mais je ne travaille pas assez bien, je ne fais pas assez d’efforts.
  • Il a sûrement raison.
  • Mais il ne pourrait pas m’encourager, un peu, au lieu de m’enfoncer ?
  • C’est trop dur pour moi, d’être punie, comme ça, tout le temps…

 

Il est vraiment nécessaire que la petite fille exprime tout ce qu’elle a sur le coeur. Mais elle pourrait continuer longtemps, en boucle, de cette manière.

Quand elle rumine moins vite, cela signifie que le cerveau émotionnel commence à s’apaiser. D’autres parties de soi peuvent enfin intervenir : l’Adulte, ou la Sagesse Intérieure, qui jouent le même rôle, peuvent enfin lui parler : avec toute la tendresse qu’on exprime à un enfant malheureux.  

 

  • (SI) Sagesse Intérieure : Ma chérie, je suis là, pour toi,
    Et je n’ai aucune intention de te punir.

 

  • (PF) Petite Fille : C’est vrai ? Tu ne vas pas me punir ?

 

  • SI : Bien sûr que non…
    Je t’aime complètement comme tu es, tu n’as rien à changer
    Je t’aime maintenant, telle que tu es,
    Et je t’aimerai toujours.

 

    • Pf : Mais je n’ai pas travaillé assez, je suis méchante …

 

  • SI : Je t’aime telle que tu es, et tu n’es pas méchante.
    Ça ne veut rien dire, ce mot-là…
    Je t’aime telle que tu es, tu n’es pas méchante…
    Respire, on expliquera tout cela plus tard.
    Tu n’es pas méchante.
    Tu n’es pas méchante
    Tu n’es pas méchante…

 

  • Pf : Tu le penses vraiment ?
    Pourquoi il me dit ça, alors, le vilain monsieur ?
    Je comprends pas, vraiment pas…
    Il n’est pas si gentil que je croyais, pourtant, c’est un adulte !
    Normalement, les adultes i’ sont gentils…
    Alors qu’est-ce qui se passe ?

 

Même pour des enfants maltraités, « les adultes i’ sont gentils », au moins par moments, au moins pour certaines parties d’eux-mêmes. Parce que pour un tout petit enfant, les parents donnent, quoi qu’ils fassent, une impression de sécurité. Ce n’est pas une illusion : ils fournissent au moins le minimum des besoins matériels.

 

Nous sommes multiples…

  • PF : Ça fait trop peur, de me dire qu’il est méchant.
    Trop trop peur, je ne peux pas supporter cette idée…
    Qu’est-ce qui va m’arriver, si je suis entourée d’adultes méchants,
    Si même mes parents sont méchants…
    J’ai peur.

 

  • SI : On est multiples, ma chérie.
    Les adultes sont méchants par moments, gentils par moments,
    Tu ne le sais pas encore parce que tu es toute petite,
    Mais dans le monde manifesté, le monde de la dualité, les gens sont multiples, à ce point.
    Et même si tu as peur maintenant, tu sais, tu vas grandir et tout va se passer plutôt bien pour toi.
    Je suis ton Moi du futur, je suis toujours vivante et je vais bien.
    Alors, tu vas pouvoir dépasser cette peur,
    Et voir enfin les choses autrement.

 

Je fais ce protocole en même temps que je l’écris : plus exactement, le fait de l’écrire agit sur moi autant que, j’espère, il agit sur vous quand vous faites ce tapping. Arrivée à ces mots, je sens enfin un grand soulagement, mes tensions commencent à disparaître.

 

  • Pf : Ah oui, tu penses alors que Macron, il n’est pas que méchant,
    Il est juste un adulte quelquefois bon, quelquefois méchant,
    Comme tout le monde, en fait.

 

Là, je ne vais pas me faire que des amis. Pourtant : il est essentiel de ne jamais perdre de vue que si on pense que TOUT est UN, ça s’applique vraiment, vraiment, à tout le monde, « même » à lui, même aux gens que tous (ou presque) étiquettent comme « méchants ». (et si ces dernières lignes vous restent vraiment sur l’estomac, refaites peut-être le début de ce tapping 😉 )
Nous sommes TOUS des Soleils derrière les nuages. Et si je ne vois pas le Soleil chez quelqu’un, ça vient sûrement de ses nuages, mais sans doute aussi … des miens.

 

  • SI : Comme tout le monde, en fait.
    C’est un Soleil derrière les nuages, comme nous tous.
    Que nous voyions ou non sa Lumière, maintenant.
    Et qu’il voie ou non la nôtre.
    Comment te sens-tu, maintenant ?

 

  • PF : mieux…
    Mais je ne comprends toujours pas.

 

 

Ça veut dire quoi, « faire des efforts » ?

  • PF : Ça veut dire quoi, finalement, « faire des efforts » ?
    Se faire du mal pour faire les choses bien ?
    S’interdire ce qu’on aime, pour faire les choses bien ?
    Mais à quoi ça sert ?
    Où est l’intérêt ?
    Quand je m’amuse, je ne fais pas d’efforts !
    Quand je fais des câlins, je ne fais pas d’effort !
    Si, pour en faire à la grand-mère qui pique,
    Mais ce n’est pas parce qu’elle pique,
    C’est parce qu’elle râle tout le temps !
    Alors je n’ai pas envie d’aller vers elle…
    Je voudrais juste qu’elle soit plus gentille avec moi,
    Et puis qu’elle sache s’amuser.

    Et à l’école, je fais des efforts quand je n’aime pas ce que j’apprends,
    Quand on me dit que je dois apprendre sinon je serai punie,
    Sinon, je ferai de la peine à Maman,
    Sinon j’aurai une mauvaise note, et la maîtresse va me gronder,
    Et je ne ferai rien de bon dans la vie quand je serai grande,
    C’est ce qu’ils disent tous.
    Alors comme ça, je fais des efforts, pour apprendre quand même,
    Malgré toutes ces peurs, toutes ces menaces.

    Mais je n’aime pas ça, pas du tout.C’est normal, tout ça ? C’est ça la vie ?
    Ça sera tout le temps comme ça ?
    Ils ont tous l’air de dire ça, les grands.
    C’est ça la vie ?
    C’est normal, vraiment ?

 

  • SI : Oh que non, ce n’est pas normal, du tout.
    Même si ces comportements sont très fréquents.
    Même si tant de gens sont persuadés que c’est ça, la vie.
    Même si beaucoup de parties d’eux-mêmes croient que c’est ça, la vie.
    Beaucoup de parties d’eux-mêmes, mais jamais eux en entier.
    Beaucoup de parties de nous tous, parce que même quand on en est conscient,
    On se traîne ces bêtises-là plein les neurones !
    Mais ça se soigne…
    C’est bien ce qu’on est en train de faire,
    Et c’est même plutôt intéressant, finalement.
    Agréable de voir de plus en plus de lumière au bout du tunnel.

 

  • PF : Alors, c’est quoi, finalement, « faire des efforts » ?

 

Vous allez voir pourquoi ce tapping s’arrête là : parce qu’une fois le cerveau émotionnel « désembrumé », le cerveau rationnel se remet en marche. Et là, des mots qui jusque là agissaient comme un coup de poing dans notre estomac et nos neurones, ces mots peuvent reprendre un sens. Et même un sens intéressant à explorer tout de suite.

 

J’ai rédigé ce protocole EFT en parallèle avec l’écriture de Le sens de l’effort, ou les sens du MOT « effort » . Après ce tapping, la colère et l’humiliation s’étant dissipées, je suis revenue à une compréhension plus claire des différents sens du mot « effort » : « Quel effort, dans quel but ? à qui et en quoi profite l’effort dont on parle ? ».
Pour que nous y réfléchissions ensemble, continuez  ici.

 


Cet article vous a plu ?
Pour pratiquer facilement l’EFT au quotidien
recevez « 10 astuces pour faire de l’EFT n’importe où et n’importe quand », 
et un schéma des points EFT imprimable.
Il vous suffit de vous inscrire ici :

Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page
1 Partages
Partagez1
Tweetez
Partagez