J'aime l'EFT

Le plus grand menteur du monde.

Pinocchio« On nous spolie, on nous ment ». C’est vrai. Mais

Au cours de notre vie, certaines personnes nous ont menti, plus ou moins gravement. Les politiciens nous racontent ce qu’ils veulent, la publicité parsème notre chemin de miroirs aux alouettes, on est continuellement confrontés aux mensonges « des autres ».

OK, eux, ils sont méchants, mais nous, on n’est pas comme ça (lol !).

 

–          Mais au fait… qui nous ment le plus, plusieurs heures par jour ?

–          C’est cette partie de notre mental qui rationalise les émotions qui nous dérangent, et il y a beaucoup, vraiment BEAUCOUP, d’émotions qui nous dérangent.

 

 

Pourtant, cette partie de notre mental nous ment pour nous protéger, pour nous éviter de souffrir à court terme. Elle ferait rire n’importe qui, tant ses arguments sont absurdes… mais nous avons tellement envie de la croire.

 

 

Quelques exemples …

–          Eh bien, quand même… il faut bien le finir, ce paquet de chips / ce gâteau / ce vin ! Il ne faut pas gâcher, quand même. …

–          Ah oui ? ça se conserve, pourtant. Et puis, quand est-ce qu’on gâche le plus, en jetant, ou en mangeant plus que nécessaire ?

 

–          Je refuse l’esprit de compétition, la sélection, je ne tombe pas dans ce piège de la société, je ne veux pas aggraver les injustices sociales. Alors je ne révise pas mon examen maintenant, je vais plutôt faire des jeux vidéos.

–          D’accord pour ton analyse sur la compétition… mais quand seras-tu le plus utile à la société ? en faisant un métier intéressant grâce à ta réussite, ou en étant au chômage pendant 10 ans ?

–          De toute façon, les diplômes ne valent rien. Même des gens super diplômés sont au chômage. Alors, je vais faire mon jeu vidéo, sois compréhensive quand même, tous mes copains sont en train de s’y entraîner, je vais avoir l’air nul quand on jouera ensemble…

–          Tu n’avais rien dit, tout à l’heure, à propos de refuser l’esprit de compétition ?

 

Et tant de chefs-d’œuvre de l’illogisme et de la mauvaise foi (inconsciente) …. « Je n’ai pas le temps de faire du sport », disent les accros à la télé. « Je suis trop vieux pour changer de travail, tant pis, je continue sans me poser de questions, même si tous les matins j’ai le moral à zéro à l’idée d’y retourner ». Sans parler du grand classique : « Pas de souci ! Je le ferai demain ! »

 

Et vous ?…  et moi ?…  Si on ne dit pas celles-là (quoique, en cherchant bien…), on en dit sûrement bien d’autres ! 😉

 

 

Si on rapproche tout cela de la Loi d’Attraction…

On sait, d’après la Loi d’Attraction, que tous les évènements de notre vie sont attirés par des parties de nous, qui fonctionnent comme des électro-aimants mal réglés.

 

Donc, tous ces « affreux menteurs » qui nous manipulent, qui nous traitent sans aucun respect, nous, « pauvres victimes innocentes » … seraient-ils les reflets des « couleuvres » que nous nous faisons avaler tous seuls à longueur de journée ???

 

Alors, si on regarde de plus près, ils nous donnent (involontairement) des indications sur NOS rationalisations, et donc sur NOS émotions refoulées.

 

J’aime mon blog : je n’avais jamais fait ce rapprochement  avant d’écrire cet article; écrire, ça aide vraiment à réfléchir…

 

 

Alors, comment se mentir, mmh, disons … de moins en moins ?

Une situation stressante :

–          génère une émotion douloureuse,

–          qu’on refoule souvent, en la cachant sous une rationalisation, en d’autres termes : sous un énorme mensonge, ridicule, contradictoire avec la logique, avec nos valeurs, avec nos souhaits, une invraisemblable absurdité qu’on trouverait risible si elle nous arrangeait moins. En d’autres termes encore : nous cachons cette émotion à l’aide d’un piège où nous nous faisons tomber tous seuls.

 

 

Une première chose, c’est de s’en apercevoir, ce serait déjà un bon début.

–          Pourquoi tu manges ce gâteau ?

–         Parce que la date de péremption approche… parce que je ne veux pas faire de gâchis… parce que le gâchis c’est pas bien, il y a la faim dans le monde, et tout… Non, pas du tout, en fait. J’ai très envie de manger ce gâteau industriel et plein de produits chimiques,  et je sais que ça contredit mon désir d’avoir une alimentation saine… Mais je ne sais pas du tout  pourquoi j’en ai envie à ce point.

 

 

Bravo, c’est plus honnête. Au moins, ce discours est lucide. Et il amène des bonnes questions :

  1. Pourquoi j’ai à ce point envie de ce gâteau ? Il y a des milliers de réponses possibles : « Il ressemble à celui que faisait ma grand-mère quand j’étais petite, elle me manque »; « je cherche à me remplir, parce que ma vie est trop vide »; « je cherche à me protéger avec une confortable couche de graisse : me protéger du froid, du manque… ».  La réponse peut venir immédiatement, elle peut aussi être enfouie sous des couches et des couches de refoulement; auquel cas, vous ne pouvez pas répondre tout de suite.
  2. Alors, faute de mieux, comment je peux résister à la tentation de manger ce gâteau, sans pour autant brutaliser mon cerveau émotionnel ?

 

La question 1 relève d’un problème purement individuel; un protocole EFT d’ordre général ne serait pas utile ici.

 

Pour la question 2, on peut s’inspirer de l’exemple donné précédemment (article :  » Nos rationalisations: arrêter d’y croire;  et remettre nos émotions de NOTRE côté) » : un enfant qui veut à tout prix qu’on lui achète des bonbons; sa mère réussit à le « brancher » sur quelque chose de plus intéressant. Le protocole EFT  » Zapping émotionnel, ne plus tomber dans nos propres pièges » sert précisément à passer à autre chose.

 

Cet article vous a plu ?
Pour pratiquer facilement l’EFT au quotidien
recevez « 10 astuces pour faire de l’EFT n’importe où et n’importe quand », 
et un schéma des points EFT imprimable.
Il vous suffit de vous inscrire ici :

Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

 

2 reflexions sur “Le plus grand menteur du monde.

  1. ingrid

    Dans les exemples, vous oubliez les hélas tout aussi classiques « C’est pour son bien », « il/elle l’a cherché »… (= je me refuse à culpabiliser, et si ce n’est pas moi le coupable c’est donc lui/elle ?)

    1. Claude Auteur de l'article

      Oui, tout à fait : on peut aussi rejeter le problème sur quelqu’un d’autre, et on ne s’en prive pas : « c’est à cause de lui / elle que je fais, ou ne fais pas, ceci, cela »; ou : « c’est pour le bien de mes enfants, pour mieux m’occuper d’eux que je me prive de faire de reprendre des études », et tant d’autres exemples… mais pour tenter d’en repérer davantage, il ne faudrait pas un article, mais un très gros livre !

      L’essentiel est peut-être de repérer de plus en plus souvent les mensonges que nous nous racontons, et de chercher avec attention (et bienveillance) quelles sont nos véritables motivations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Partagez4
Tweetez
Partagez
+1
4 Partages