Satan, Lucifer, le Diable, et les démons : quel est le sens réel de ces mots ?

En ce moment, comme on parle beaucoup des rites sataniques du Gouvernement de l’Ombre (ailleurs qu’à la télé, évidemment !); alors, j’ai voulu mieux comprendre le sens de tout cela.

D’abord, un peu d’étymologie : on verra rapidement l’origine du mot Satan, et celle d’autres mots « terribles », puis on en détaillera la signification.  Pour finir, on se demandera comment ont pu se produire de tels glissements de sens

 

  • Un démon (du grec : daïmon), c’est un esprit, un être non incarné, rien de plus.
  • L’origine du mot Satan, c’est un nom commun qui signifie « ennemi, adversaire ».
  • Celle de Lucifer, c’est : « le porteur de Lumière » (des mots latins : Lux : lumière, et ferrare : porter)…
  • Quant au Di-able, c’est celui qui divise, qui coupe en deux. Di-able ; ce qui sépare, et sym-bole : ce qui réunit.

J’aime les paradoxes, parce qu’ils aident à se déconditionner des idées reçues. Dans cet article, on va s’en donner à coeur joie !

 

Les démons : des Guides spirituels ?

Le mot « démon » vient du grec : daïmon, il désigne un esprit, un être non incarné.

Socrate parlait de son daïmon, qui l’inspirait. En termes actuels, on parlerait de Guide, y compris de Guide spirituel, peut-être même d’Ange Gardien, après tout !

On reprend le mot « Guide ». On retrouve un peu les questions ci-dessus : il guide vers quoi ? est-il compétent pour ce qu’on lui demande ? est-il un être de Lumière ou un imposteur ? (c’est LA question que se posent les médiums à chaque nouvelle communication).

Un « démon » au sens chrétien est un guide qui vous mène droit dans le mur. Mais on retrouve une fois de plus une signification double, comme pour (presque ?) tous les mots abstraits ou concernant l’invisible.

 

Satan : ennemi, ou adversaire ?

L’origine du mot Satan, c’est : « ennemi, adversaire« .  Beaucoup considèrent ces mots comme synonymes. Et pourtant … non ! Si nous sommes dans l’Amour, nous n’avons aucun ennemi. Par contre, un esprit de compétition exacerbé (très toxique selon moi) transforme les « adversaires » en ennemis.

  • Qu’est-ce qu’un ennemi ?  C’est quelqu’un que nous considérons comme « méchant ». On veut donc lui faire du mal, parce qu’il le « mérite », pour lui montrer qu’il ne faut pas faire du mal aux gens. Logique ?
  • Qu’est-ce qu’un adversaire ?  l’ad-versaire, c’est celui qui est en face, opposé à nous. Mais pourquoi mettrions-nous de la haine dans ce terme ? Le prof de judo de ce petit gosse est son adversaire, pas son ennemi : il s’oppose à lui, pour lui donner des occasions de progresser. Un adversaire, c’est souvent un partenaire de jeu. C’est vraiment notre conditionnement à voir des ennemis partout qui nous fait confondre ces deux notions.

 

Je préfère donc voir ce qui s’oppose à moi non comme un ennemi, mais comme un adversaire : quelqu’un (ou une situation) qui peut m’aider à grandir, même si ce n’est pas son souhait, d’ailleurs. « Rien en soi n’est bon ni mauvais, tout dépend de ce qu’on en fait ».

 

Lucifer, le porteur de Lumière…

La signification de ce nom est paradoxale. Pourtant, son étymologie latine est claire.  Lux / lucis : lumière / ferrare : porter;
Pourtant, on nous a toujours dit que Lucifer était un méchant. Alors ? 

On peut même se dire que le fait d’affronter un ad-versaire (sans haine), ou plus généralement de faire face à l’ad-versité, ça fait grandir la Lumière en nous…

 

origine du mot Satan

 

Le Diable et le Symbole

Le Di-able (ou : dia-ble), c’est celui qui divise, qui coupe en deux. Il a une étymologie très proche du mot symbole qui signifie le fait d’ « unir, mettre ensemble, comparer ».

Etymologie de « dia-ble » et de « sym-bole »

en latin : diabolus, du grec διάβολος / diábolos

Di-able, et sym-bole : ce qui sépare, et ce qui unit. séparer / unir : deux principes (séparation / union),

« Diable »    vient du grec   διάβολος / diábolos  (« dia » signifie « deux »)
« Symbole » vient du grec σύμβολον /sumbolon (« sym » signifie « avec », comme dans « symbiose, synthèse, … »)

La partie commune à ces deux mots est issue du verbe grec « ballein », jeter; par extension : mettre. 

  • Dia-boliser revient donc à mettre en deux morceaux, donc à diviser, séparer. 
  • Sym-boliser revient à mettre en un seul morceau, donc à relier, unir. 

Au lieu de dire que l’une de ces actions est mal et l’autre est bien, on peut plutôt les voir comme deux actions complémentaires, indispensables à la vie (comme la di-vision cellulaire par exemple : à la base de tout organisme vivant). Quelques exemples de ces deux actions :

  • séparer / relier
  • aller vers l’extérieur / aller vers l’intérieur
  • désorganiser / organiser : comme l’entropie (évolution naturelle d’un système vers la désorganisation) et la néguentropie (Évolution d’un système qui présente un degré croissant d’organisation).
  • éloigner / approcher
  • repousser / attirer (comme le fouet et le crochet du Pharaon : je suppose qu’ils signifient qu’il transcende les opposés)

La vraie question devient chaque fois : on sépare quoi ? et quelles en sont les conséquences ?

 

Alors, pourquoi ces 4 mots (Satan, démons, etc.) désignent-ils le mal absolu ?

Parce que nous humains, avons la fichue manie de croire qu’un mal absolu existe.

Yin yang, ou grain de café ?

Le Yin Yang, est un très puissant symbole de l’incessant mouvement de la vie. Mais, c’est plus fort que nous, nous avons tendance à le figer et à en faire une dualité « tout bien / tout mal »;  ça, c’est vraiment « dia-bolique » au sens défini ci-dessus.
Dia-bolique ET toxique.
Pourtant, nous le faisons tous par moments; il est juste important de le faire de moins en moins…

Avec la vision « grain de café », la vie semble tellement plus « simple »…  origine du mot Satan

En fait, cette vision n’est simple que pour notre mental. Et elle emprisonne l’expression de notre Sagesse Intérieure dans son cadre rigide.

 

Transcender le yin et le yang

La sérénité, c’est de se rappeler notre Divinité quelles que soient les circonstances extérieures, magnifiques ou horribles selon les critères de notre mental. Vaste programme quand même…

L’image suivante est vraiment aidante : au lieu de voir le symbole du yin yang comme s’il était vertical, face à nous, on se le représente horizontal; c’est logique puisqu’il concerne le monde manifesté, pas celui de l’esprit.

On imagine alors une verticale (en bleu sur le schéma ci-dessous). Elle part du centre de ce symbole, et qui lui est perpendiculaire.  Si notre conscience est sur cet axe, elle regarde les événements de notre vie avec calme, sans être plongée dans les tempêtes de notre cerveau émotionnel; ça nous arrive, tout de même…  De plus, cet état nous permet de plus voir des « diables » partout.

origine du mot Satan

Egrégores de peur et de haine : une autre définition des « Diable, démons, etc. »

– Mais le mal, ça existe, tout de même… En ce moment (début 2021), tant d’horreurs remontent à la surface : corruption effrénée, réseaux pédophiles, crimes contre l’humanité dans le but de limiter la population (il y a 7 milliards d’humains en « trop », selon certains).

Plutôt que de parler de « mal », je préfère parler de « souffrance ». La souffrance, oh que oui, elle existe, bien sûr. Elle provient chaque fois :

  • qu’on s’identifie à notre corps physique, à nos émotions, à nos croyances (souvent),
  • et que les choses ne se passent pas comme elles (nos croyances, nos émotions, notre corps) le souhaiteraient (souvent aussi).

Donc, chaque fois qu’on oublie, par réflexe, que nous sommes des êtres spirituels, chaque fois que nous nous éloignons de l’axe vertical, nous sommes vulnérables à la souffrance.

 

En regardant l’étymologie des 4 mots ci-dessus, on les a vidé de leur sens terrible. Il faut bien trouver quelque chose qui remplace cet épouvantail, qui a tout de même une réalité : je dirais qu’il s’agit d’égrégores de peur, de haine, de souffrance, d’oubli de Qui Nous Sommes TOUS.

Les égrégores de haine et de peur nous divisent, di-abolisent nos relations, notre vision du monde.
ils font partie de l’invisible, donc sont des daïmons… et pas les plus agréables : le mot de démon s’appliquent très bien à chacun de ces égrégores.
Le mot Satan s’applique aussi à eux, puisqu’ils constituent notre « adversaire ». Mais attention : si on le déteste, on tombe dedans plus que jamais !

origine du mot Satan

 

Quand je vois les commentaires haineux des réseaux sociaux  (« Il faut que tous ces salauds paient cher leurs crimes »), je me dis que cette phrase de Gandhi est plus que jamais d’actualité. Je la redis : « En opposant la haine à la haine, on ne fait que la répandre, en surface comme en profondeur« .

Enfin, parce l’ad-versaire / ad-versité nous amène à mettre de la Lumière dans nos ombres intérieures, il devient Lucifer, porteur de Lumière.

Donc, la souffrance est indispensable à l’évolution ? 🙁  😥
Non, heureusement. Comme on l’a dit plus haut, elle n’advient que quand nous sommes coupés de notre Divinité intérieure (encore le « Di-able »), dans le but de nous rappeler notre Lumière (encore « Lucifer ») : « Ce qu’on ne veut pas savoir de soi-même finit par arriver de l’extérieur comme un destin ». (Carl Gustav Jung) … donc, explorons au maximum nos gouffres intérieurs … sereinement et avec beaucoup d’intérêt, comme un spéléologue passionné.

 

origine du mot Satan

Inscrivez-vous pour obtenir vos cadeaux :

– Le schéma imprimable des points EFT.
10 Astuces pour faire de l'EFT n'importe où et n'importe quand !
– Abonnement gratuit à notre lettre d'information.

– OU –

Se connecter avec Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page
0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez