Quelques informations objectives sur le grand sujet du moment

Souvent les discussions sur les événements actuels provoquent des déclenchements émotionnels plutôt désagréables; voici les résultats d’une recherche aussi objective que possible sur tous les points auxquels j’ai pu réfléchir (vive Internet, ça aide tellement à réfléchir et confronter des informations). 

Désolée si cet article n’est pas très structuré : j’ajoute des informations chaque fois que j’en trouve, ainsi qu’une analyse de ces informations. Désolée aussi pour les quelques phrases ironiques que je me suis autorisée (sur un article de plus de 4000 mots, elles sont tout de même très minoritaires) : je les modifierai dès que j’aurai le temps, parce que je veux n’utiliser ici :

  • que des chiffres officiels en ce qui concerne la démographie
  • des faits incontestables, comme la taille des virus par exemple, ou leur nombre dans un mètre cube d’air.
  • et des articles et vidéos qui me paraissent apporter réellement des arguments au débat.

 

Comparatifs de chiffres : les décès dans le monde, classés par cause

Pour répondre objectivement dans l’éternelle discussion sur l’épidémie qui terrifie tant de gens, voici quelques chiffres et références ; après ça, il me semble que la discussion est close. Et qu’on ferait mieux de s’occuper des innombrables autres problèmes de santé des humains, et quant à faire, de ceux de toute la planète.
 
***

Sur le Coronavirus (source : Google) :

monde : 374 000 morts (moins de 400 000 morts; fin mai, quand j’ai commencé à écrire cet article) ; 6 000 000 atteints.
France : 28 000 morts ; 152 000 atteints.
 
***

Autres causes de mortalité (source : Wikipédia) :

(la plupart de ces chiffres sont de 2008, je n’ai pas trouvé plus récent, mais ça donne un ordre de grandeur ; j’ai arrondi dans certains cas, pour que ce soit plus facile à retenir)
 
nb de morts dans le monde en 2008 : 57 000 000 (environ 60 000 000 ; donc approximativement la population française)
 
Les causes :
 
– Maladies infectieuses : 17 000 000. Dont grippe (en 2017 : 600 000; rappel : coronavirus : moins de 400 000)
 
– Entre 6 000 000  et  7 000 000 de morts : 
o Cancer 
o Maladies de cœur 
o AVC 
o maladies liées au tabac 
 
– Diarrhées, palu : 3 000 000 en tout.
– Maladies liées au sucre (Diabète, obésité) : 3 000 000
 
– Accidents de la route : + d’un million
– Suicides : – d’un million.

 

Une autre « maladie » qui en dit long sur les vrais problèmes de notre société : l’hypersensibilité chimique multiple .  Tous les chiffres que je cite dans cet article sont les chiffres officiels, ou ce qui m’en semble les plus proches :

  • Google résume le problème ainsi : « Les personnes atteintes d’hypersensibilité chimique multiple ne supportent plus aucune substance chimique. 12% de la population seraient concernés par ce syndrome méconnu. Parfums, cosmétiques, peinture… Ils ne supportent plus aucune substance chimique ! »
  • Wikipédia  affirme que : « Au moins 10 % de la population française serait touchée. Une enquête en 2018 fait état du nombre croissant de personnes affectées par ce syndrome au Canada : 26 % des personnes se déclarent être indisposées par les produits parfumés, contre 3 % en 2002 »

12 % de la population mondiale : 0,9 milliards de personnes, donc un peu moins d’un milliard.  10 % de la population française : 6 millions de personnes

Combien en meurent ? Difficile à savoir. Parce que ces souffrances sont confondues avec beaucoup d’autres, entre autres fatigue chronique, et fibromyalgie.

 


Comparatif de chiffres : mortalité en France

Les chiffres officiels : d’après cet article, le 15 juillet 2020,  il y avait environ 30 000 décès dus au virus depuis le début de l’épidémie.

Mortalité en France, d’après Wikipédia : extrait de cet article , dont les sources sont l’INSEE et le ministère de la santé : « En 2018, il y a eu 609 648 décès en France (Outre mer inclus) — contre 606 274 en 2017 —1 pour une population de 66,89 millions d’habitants soit un taux de mortalité de 9,1 pour 10001, un taux stable sur les 10 dernières années1.

Quatre principales causes, tous sexes confondus, totalisent les deux tiers (67,1 %) des décès en France (données 2013) :

  • les tumeurs malignes (27,6 % des décès),
  • les maladies de l’appareil circulatoire (maladies cardio-vasculaires, 25,1 %)
  • les maladies de l’appareil respiratoire (6,6 %)
  • et les morts violentes (accidents, suicides et autres causes externes de décès, 6,5 %)2.

L’analyse de la mortalité en France permet de guider les objectifs de santé publique de la France3,4. »

 

Quand on voit les chiffres ci-dessus, cette dernière phrase paraît un chef-d’oeuvre de l’humour noir. Je les résume en arrondissant fortement les chiffres, pour que ce soit plus facile à retenir (mais pour plus de précision, vous pouvez toujours vous référer aux liens ci-dessus) :

  • Population en France en 2018 : environ 67 millions d’habitants. (population mondiale : 7,5 milliards)
  • Et 600 000 décès par an, soit 9,1 pour mille, soit un peu moins de 1%. (décès dans le monde : 60 000 000)

Les principales causes de décès en France :

  • Un peu plus de 300 000 décès suite à un cancer, ou à une maladie cardio-vasculaire. (50%)
  • environ 80 000 décès suite à des maladies respiratoires ou à  des morts violentes.(15%)
  • 30 000 décès dus au coronavirus du début de l’épidémie jusqu’au 15 juillet, soit 5 % des décès. (rappel : 28 000, fin mai 2020)

 

 

Comparaison avec les autres pandémies

Source: santé publique France

MESSAGE IMPORTANT POUR TOUS ET VÉRIFIABLE SUR LE SITE DE L’INSEE

Depuis le 1er mai et jusqu’au 29 juin, selon les chiffres provisoires enregistrés à la date du 10 juillet 2020, 91 852 décès sont survenus en France, contre 93 881 à la même époque en 2019 (soit – 2 % par rapport à 2019) et 91 353 en 2018 (soit + 1 %).

Au moins 92% des cas de COVID-19 décédés sont âgés de 65 ans ou plus.
L’âge médian du décès est de 84 ans.

Entre le 1er mars et le 7 juillet 2020, 29 933 décès de patients COVID-19 ont été rapportés à Santé publique France:
9 457 décès sont survenus au cours d’une hospitalisation.
10 476 décès parmi des résidents en Ehpad et autres EMS.

Taux de mortalité du virus : Au 9 juillet 2020, le taux de mortalité du Covid-19 (le nombre de décès rapporté à la population générale) est de : 0.04%.
Nous sommes également bien en dessous du nombre de morts de la grippe de 2017 qui a été d’une extrême violence et n’a pas généré de confinement total pour autant.

Aucune description de photo disponible.

 

Mortalité suivant les méthodes de gestion de la pandémie :

 

Quelques autres informations, sur le virus, la pandémie, etc :

J’apprécie beaucoup les vidéos des médecins, physiciens, naturopathes, etc. qui interviennent dans cette vidéo et toute la série « L’information décryptée ».

 

Quelques autres informations, sur la dangerosité des masques :

Une très courte vidéo (4′) qui résume l’essentiel :

« La vérité sur les masques »; avec plusieurs références en dessous.

Dans cette vidéo, ils disent que la taille d’un virus par rapport à celle de l’écartement des fibres d’un masque, c’est comme un moustique devant une fenêtre. J’ai voulu vérifier :

  • taille d’un virus : de l’ordre de 2/100e de micron. (1 micron = 1 millionnième de mètre; on l’appelle aussi micromètre). Soit 0,00 002 mm; 0,1 micron pour le virus du covid 19.
  • taille moyenne d’une cellule du corps humain : elle a un diamètre de 10 microns, soit 0,01 mm (500 fois la taille d’un micron)
  • taille moyenne d’une cellule végétale : 75 microns; pour simplifier, on va parler d’une petite cellule végétale, de 70 µ (= 0,07 mm; donc presque 1 dixième de millimètre); elle est donc 7 fois plus grande qu’une cellule humaine, soit 3500 fois plus grosse qu’un virus.
  • Donc, toujours pour simplifier le raisonnement :
    • une petite cellule végétale est 3000 fois plus grosse qu’un gros virus.
    • Dans un fil de coton, il y a forcément plusieurs cellules collées les unes aux autres.
    • Et l’espace entre les fils, est certainement plus gros qu’une seule cellule végétale.  Là, il y a une erreur de raisonnement : voir cet article. Je rédigerai mieux plus tard. Désolée pour les changements : je remets à jour cet article chaque fois que j’ai de nouvelles informations.
    • Mettons que l’espace entre les fils soit seulement de la taille d’une cellule (c’est certainement beaucoup plus). L’espace entre le croisement de 4 fils est donc un carré de 70 x 70 microns. On voit le nombre de virus qui peuvent passer par un trou de cette taille ! (on a vu plus haut qu’un virus mesure deux centièmes de microns.)

– OK, ça ne filtre pas les virus. Mais les molécules d’oxygène sont encore beaucoup plus petites que les virus, alors ? le masque ne sert à rien, mais au moins, il n’est pas toxique !

Imaginez seulement faire un vrai effort physique en portant un masque, et vous avez votre réponse. Ici, pas de grands calculs, la pratique suffit : je suppose que le masque freine l’écoulement de l’air. Le calcul de la vitesse d’écoulement de l’air à travers les trous relèverait de la mécanique des fluides, c’est bien plus compliqué que ce qu’on a fait plus haut.
Donc, le masque freine probablement aussi la vitesse d’aspiration des virus, mais de là à les empêcher d’entrer, je ne vois pas. Freiner leur sortie, peut-être; toujours à cause de cette idée de vitesse d’écoulement. J’ai l’image d’un moustique piégé à l’intérieur d’une moustiquaire trouée..

– Alors, le masque ne nous protège pas, mais au moins il protège les autres. Faut bien faire quelques sacrifices pour eux, quand même…

– Il les protège de quoi ? à chaque minute qui passe, entre 17 000 et 400 000 virus pénètrent dans nos poumons(voir plus bas : Cachez-moi ce virus que je ne saurai voir). Par contre, j’ai peur des maladies pulmonaires (et autres) qui pourraient se développer dans les mois à venir chez ceux qui portent un masque régulièrement. D’autant plus depuis que j’ai entendu parler d' »hypoxie heureuse« (un manque d’oxygène qui dévaste les poumons, mais sans symptômes extérieurs pendant un long moment… mais quand ils arrivent, aïe !).

– les chirurgiens et le personnel des salles d’opérations survivent, apparemment.

– oui, et j’espère qu’ils vont bien; et qu’ils ne portent le masque qu’aux moments précis des opérations (en temps normal, je veux dire). J’ai entendu dans une vidéo, mais je ne sais plus où, que les soignants avaient davantage de migraines et étaient plus fatigués dans les périodes où ils portaient des masques, c’est tout ce que j’en sais pour le moment.

 

Bon, il y a peut-être malgré tout des erreurs dans mon raisonnement, il me manque sans doute des éléments, je ne suis pas spécialiste des tissus textiles vus au microscope.

 

Les masques ne fonctionnent pas comme une passoire : c’est plus complexe que ce que je viens d’écrire.

Désolée pour les changements : je remets à jour cet article chaque fois que j’ai de nouvelles informations.

Cet article, du journal « Pour la science », très détaillé, est intéressant.

En fait, les masques fonctionnent comme « les lingettes swiffer, qui attirent la poussière ».

Cette comparaison est extraite d’un commentaire d’une laborantine (?) sur YT, que vous trouverez au début du paragraphe suivant :

 

Mais… il y a d’autres problèmes : bactéries et champignons.

Voici le commentaire de la laborantine, dont je parle ci-dessus. (j’avoue, je n’ai pas de source plus précise; mais si des gens qui ont travaillé en milieu opératoire veulent apporter leur « grain de sel », la partie « commentaires » est là pour ça; c’est moi qui ai ajouté les tirets et les caractères gras) :

« J’ai bossé pendant +5 ans en salle blanche et en chambre stérile dans la fabrication de médicament, j’ai donc reçu des formations sur l’équipement « médicale ».

    • il existe 3000 bactéries par centimètre carré sur une main, c’est pourquoi en lavant ses mains avec des lotions a base d’alcool toute les heures, on réduit les bactéries à environ 2000 au centimètre carré,
    • lorsque l’on s’habille en salle blanche, il existe tout un protocole, désinfection des mains, puis enfilage des gants stériles sans toucher l’extérieur du gant, et ensuite, enfilage de la combinaison, puis du masque chirurgicale, a changer toute les 2 heures.
    • Attention, dans ce cas, on travail dans des « chambres » salles à pression différentiel contrôlé dans lesquels très peu de bactéries existent.
    • Le soucis du masque (dans des lieux ouverts ou en pression atmosphérique non contrôlé) à un effet statique et de ce fait absorbe tout les microbes qui l’entoure. vulgairement parlant pour expliquer au novice, le masque chirurgicale, ou coton lavable, etc…. a le même effet que les lingettes swiffer, qui attire la poussière.
    • Il est donc évident que ces bactéries qui se collent continuellement sur les masques se transformes en champignon, étant donné que les champignons sont les fleurs des bactéries.
    • Donc le fait de porter un masque rend malade, tout comme le fait de mettre son lit dans une pièce humide et pleine de moisissure, en quelques semaines, vous aller faire de l’hyperventilation, vous aller tousser, mal de gorge, vous aller avoir d’énorme soucis de bronche, car vous aller développer un champignon interne dû a la respiration de la moisissure. Donc si le covid-19 est dit une maladie respiratoire, il est logique que si tout le monde porte un masque, une nouvelle vague va arriver, mais elle ne sera pas a l’origine d’un virus grippal, mais d’une infection bactériologique des bronches du à une mauvaise respiration ».

 

Un post FB de Jean Pelissier, praticien de MTC :

Je cite le texte intégralement, mais c’est moi qui ai mis certaines phrases en gras, et mis des espaces entre certains paragraphes. 

« Et quand le masque tombe, la santé revient

LE MASQUE DE LA DERAISON ?
Un postier qui ne sonne pas à ma porte. Obligé d’aller chercher un colis à la poste. Sur les lieux, parcours du combattant fléché. Ligne peinturée sur le sol. Un parcours pour l’aller, l’autre pour le retour. Heureusement je suis seul. J’arrive devant une fenêtre ouverte. A l’intérieur, dans la salle, quatre postières assises attendent le chaland, deux les pieds sur une table.
Toutes portent le masque.
Je montre mon sésame pour récupérer le colis et ma pièce d’identité… à distance. Faut avoir de bons yeux, je suis à trois mètres ! J’ai la sensation d’être un pestiféré, dans un monde surréaliste. On me pose le colis sur le rebord de la fenêtre. Elle s’éloigne. Je peux le prendre, presque comme un voleur. J’ai l’impression d’être dans un autre monde.
En deux mois et demi, tout a basculé.
Les gens n’ont plus peur, ils incarnent la PEUR, ils sont devenus la Peur ! Je repars.
Oui, mais je suis un soignant. Quand je vois quelqu’un qui va se faire du mal « à l’insu de son plein gré », je ne peux rester sans rien faire. Question d’éthique. L’art de soigner ne s’arrête pas dans un cabinet.


Je retourne sur mes pas. « Vous avez oublié quelque chose ? ». « Non. Je suis praticien en médecine chinoise et je voudrais juste vous poser une question : est-ce que depuis quelques temps vous souffrez de maux de tête ? » Trois répondent par l’affirmative, dont une qui n’en avait jamais souffert auparavant. « Je vais vous expliquer pourquoi ».


Le dialogue s’installe. « Faites l’expérience ce soir. Mettez votre main devant la bouche. L’air qui sort est chaud et humide, même en plein été. Cet air est chargé de toutes les toxines que l’organisme veut évacuer. Et en dehors du gaz carbonique qui doit retourner dans la nature pour aider au grand cycle de la vie, à la photosynthèse des plantes, chaque expiration est chargés de millions de microbes et autres déchets ».


Elles accrochent. Je continue : « Oui, mais voilà : avec votre masque plaqué contre votre nez et votre bouche, celui-ci s’humidifie très rapidement et si on faisait une analyse fine de son contenu, vous seriez horrifié !

Mais ce n’est pas tout. A chaque inspiration, vous reprenez une partie de votre CO². Petit à petit, vous vous mettez en hypercapnie. Quand cela devient chronique, le corps se met à détester cela. En médecine chinoise, c’est une grande cause de blocage, de stagnation, générateur de maux de tête et de bien d’autres pathologies ».


Elles sont intéressées. Leur chef vient d’arriver sans masque lui ! Je continue : « Savez-vous quelle est la première source de notre vitalité qui nous relie à cette terre, bien avant l’alimentation ? C’est la respiration. C’est l’oxygène de l’air, l’énergie de l’air qui a chaque inspiration va petit à petit booster vos défenses immunitaires. Or, déjà qu’en temps normal on ne respire assez, votre respiration est amputée de moitié avec votre masque. Pour faire court, vous être en train de perdre progressivement toutes vos facultés d’adaptation et votre organisme n’arrive plus à s’autoréguler. Avez-vous remarqué que vous êtes de plus en plus fatigué le soir.

Regardez autour de vous. De nombreuses personnes tombent malades, décompensent de leurs pathologies latentes et pas du corona…machin ».
Elles acquiescent. « Oui, mais ‘on’ nous a dit de porter ce masque justement pour nous mettre à l’abri et mettre à l’abri les autres ! ».
Mon esprit s’échauffe un peu : « Faux, complètement faux. La raison en est très simple. La trame de votre masque laisse passer tous les virus. Un scientifique a donné l’image d’une voiture entrant dans un tunnel. Il faudrait des masques très spéciaux pour arrêter l’attaquant. Un jour vos comprendrez que le virus n’est pas un attaquant, mais juste un révélateur de notre état de santé quand nous attrapons la grippe. Mais cela nous amènerait trop loin. Tous les infectiologues vous le disent : c’est avant tout par les mains que la contagion se fait, qu’elles soient gantées ou non. Si vous touchez un objet infecté, vos mains sont infectées. Or le masque vous gêne. Vous le réajustez en touchant votre nez. Vous avez perdu, et comme dans les jeux vidéo, vous êtes mort ! ».


Une factrice prenant les autres à témoin me répond : « Je le savais, mais on nous oblige à le mettre à la télé, et tout le monde en porte autour de nous, c’est qu’il y a une raison ! ». « Mettez au moins votre masque sous le nez. Vous verrez, vous respirez mieux ».


La confiance est instaurée et elles font le test. « Mais une chose me chagrine. Avez-vous remarqué que le relationnel d’un individu à un autre se fait par le sourire. Le sourire est une énergie très puissante, issu de notre cerveau reptilien pour les uns, de notre Cœur pour les autres. Ce sourire nous permet dans l’instantanéité d’établir un contact et de faire tomber les barrières. Les masques annihilent le sourire. Nous en médecine chinoise, nous disons que le mental et les émotions, quand ils sont perturbés sont la première cause d’apparition des maladies internes : le fait d’occulter ce facteur fondamental qu’est le sourire ne peut que vous rendre dépressif ».


Par chance, pas de nouveau client : « J’ai envie de vous dire que connaissant toutes ces réalités factuelles et bien d’autres encore, je n’ai pas mis un seul masque depuis le début de cette « drôle » de pandémie mondiale. Et je peux vous assurer que je ne suis ni fou ni assassin. Je fais juste confiance à mon énergie interne au travers de toutes mes pratiques quotidiennes et si je dois éternuer ou tousser, on m’a appris à contaminer mon coude ».


Une autre me questionne : « Comment se fait-il que depuis quelques années on voit de très nombreux Asiatiques porter des masques dans les grandes villes ? ». Sur quoi je réponds : « Ils ne font pas cela pour se prémunir du virus, mais pour se protéger à juste titre des poussières et de grosses particules de la pollution. J’aimerais juste rajouter une chose. Le port du masque est contagieux. Il n’est là que pour entretenir la peur et la division. Une fois la mécanique mise en marche, par mimétisme les gens finissent par tous en porter. L’épidémie de la peur génère l’épidémie du port du masque. Le facteur déclenchant : la désinformation. Même les grandes instances médicales n’ont jamais obligé le port systématique de ce cataplasme collé à votre nez et votre bouche. Le comble est quand on voit certaines personnes seules dans une voiture avec un masque. On peut alors se poser quelques questions quant à l’intégrité de leurs circuits neuronaux. ».
Elles m’ont toutes remercié, y compris le chef d’agence qui savait lui pourquoi il n’en portait pas. Et en repartant, j’ai pu me rendre compte avec une grande satisfaction qu’elles avaient toutes baissé leur masque sur le cou et souriaient !
Certes, j’aurais sûrement du moduler mon propos s’il y a avait eu en France des milliers de morts au quotidien, comme on nous l’avait prédit et presque promis au départ pour déclencher la bombe atomique de la peur. Mais au jour d’aujourd’hui soit fin mai, quarante morts en fin de vie sur 66 millions de français.
L’épidémie saisonnière est terminée !
J’espère que ces mots auront ouvert quelques consciences et abaissé le seuil de la peur pour certains. Et pour tous ceux qui ont pleine conscience de cet état de fait, chacun à notre niveau nous avons un devoir d’altruisme. Vous ne risquez rien à échanger, même avec l’inconnu. Seul un dialogue intelligemment mené, sans confrontation peut faire changer les mentalités sans heurter l’autre.
Et quand le masque tombe, la santé revient !

JEAN PELISSIER
Praticien et formateur en Médecine Traditionnelle Chinoise. »

 

Interview par Jérémie Mercier (naturopathe) de Denis Rancourt (chercheur canadien) : Les masques ne servent à rien

https://www.jeremie-mercier.com/covid-19-masques-inutiles/?utm_source=ActiveCampaign&utm_medium=email&utm_content=Covid-19+%3A+les+masques+et+les+%22gestes+barri%C3%A8res%22+sont+inutiles&utm_campaign=Covid-19+%3A+les+masques+ET+les

Fabien Moine : pourquoi je ne porte pas de masque

(référence à Stéfano Montanari)

 

Dr Russel Blaylock : les masques représentent un sérieux danger pour la santé. 

 

Une récap, avec des références vers plusieurs médecins :

« Certes, quelques voix dissidentes – dont le Pr Raoult (toujours) pour qui ceux-ci ne sont utiles qu’au personnel soignant (comme cela a toujours été !), le Dr Russel Blaylock, le Pr Shurarit Bhakdi, le Pr Dolores J Cahill ou le consultant en médecine Ben Killingley, pour ne citer que ceux là – se sont fait entendre pour dire qu’il n’existait aucune preuve solide attestant que le masque puisse réduire une quelconque transmission. Et que non seulement ils ne protégeaient pas les personnes saines contre les maladies, mais qu’ils créaient également de graves risques pour la santé de leur porteur.

Et pourtant, le simple bon sens aurait pu suffire, non 🌷?

Il est aisé en effet de comprendre qu’avec un masque non seulement on inspire moins d’oxygène vitale mais qu’on inhale de façon répétée des gaz toxiques (co2) ce qui contribue à l’affaiblissement des fonctions de l’attention mais aussi des fonctions vitales qui participent de l’immunité générale… Ou bien encore que le masque se transforme vite en nid à microbes et cela d’autant plus que la gêne qu’il occasionne conduit les personnes à se toucher fréquemment le visage avec leurs mains (potentiellement contaminées) et qu’il faudrait le laver plusieurs fois par jour.

Ce que dit le Dr Russel Blaylock :
https://fr.sott.net/…/35635-Le-danger-mortel-des-masques-pa…

À propos de Dolores J Cahill mais pas que 💜:
https://www.youtube.com/watch?v=WaMVHlVWN40

Le Pr Shurarit Bhakdi :
https://covidinfos.net/…/pour-le-pr-bhakdi-un-vaccin-c…/839/

Le médecin californien Dan Erickson
https://covidinfos.net/…/selon-le-dr-dan-erickson-le-…/480/…

Symboliquement 🙂 :
https://ho1.us/2020/05/le-masque-un-rituel-de-magie-noire/…
et
https://covidinfos.net/…/le-port-du-masque-obligatoir…/487/…

Petit récapitulatif pour le fun 🙂 (la liste n’est pas exhaustive):
1- Liquidation des stocks de masques dès 2019
2- Pas de commande de masques jusqu’en début mars
3- Frein faits aux industriels en retardant de plusieurs semaines les agréments.
4- Saisie de tous les masques, y compris ceux importés par les collectivités locales sans redistribution
5- Invalidation des décrets des maires qui souhaitent obliger le port du masque dans leur commune
6- Port du masque obligatoire dans les lieux publics et de très nombreux secteurs…

Légalement (pour le fun aussi 😁)
Aurait-on oublié qu’il existe une loi datant de 2010 qui interdit de se présenter dans les lieux accessibles au public (y compris dans les commerces, les banques…) le visage masqué ou dissimulé, en tout ou en partie ? Et que les peines encourues sont une amende de 15 à … 150 euros et/ou un emprisonnement de un jour à sept jours ?

À moins, puisqu’il est notifié que le carnaval fait exception à cette règle, que nous soyons plongés au coeur d’un gigantesque carnaval (anciennement appelé « mascarade ») 😁?

Heureusement que les justiciers d’aujourd’hui ne sont pas masqués 🌷🧡😍

ps : ne mettez plus vos enfants à l’école 💜 »

 

 

Et la loi ?

Voici deux articles de la loi n°2010-1192 du 11 octobre 2010 ( Lien vers le site OFFICIEL Legifrance) : 

Article 1 :

Nul ne peut, dans l’espace public, porter une tenue destinée à dissimuler son visage.

 

Article 4 « De la dissimulation forcée du visage

« Art. 225-4-10.-Le fait pour toute personne d’imposer à une ou plusieurs autres personnes de dissimuler leur visage par menace, violence, contrainte, abus d’autorité ou abus de pouvoir, en raison de leur sexe, est puni d’un an d’emprisonnement et de 30 000 € d’amende.
« Lorsque le fait est commis au préjudice d’un mineur, les peines sont portées à deux ans d’emprisonnement et à 60 000 € d’amende. »

Donc :  les 135 euros d’amende à cause du masque contredisent cette loi. De même que l’obligation de porter un masque à l’école à partir de 11 ans)

 

– Cette loi est-elle encore actuelle ?

– Oui, au moins aujourd’hui 17 juillet 2020. Sur le (site officiel), et sur cette URL  (https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000022911670&dateTexte=2020 07 17)  vous pouvez voir qu’on indique tous les jours si une loi est encore valable ou non.  L’essentiel du  texte est facile à lire et très clair, comme vous pouvez le voir ci-dessous : donc, n’hésitez pas à aller le voir en direct.

 

 

Et le gel  hydroalcoolique, si recommandé pour notre santé ?

D’après cet article, il contient du triclosan et triclocarban, des antiseptiques qui peuvent causer des cancers et autres « joyeusetés ». Extraits :

– « Quelque 200 chercheurs internationaux ont mis en garde contre les dangers potentiels sur la santé liés à l’utilisation des gels antibactériens pour les mains. Ils favoriseraient notamment le déclenchement du cancer du sein.

– Ils y soulignent le manque de preuve d’efficacité de ces substances contre les bactéries. Et insistent sur les dangers auxquels ils exposent les utilisateurs, ainsi que l’environnement. »

 

Même la télé le dit, waou…

« La preuve que c’est vrai, c’est qu’on l’a dit à la télé ». C’est surtout vrai pour ce qui s’oppose à ce point au discours officiel.

 

 

Cachez-moi ce virus que je ne saurais voir ! »

Cette réécriture de la célèbre phrase de Tartuffe évoque l’absurdité de cette « guerre » antivirus. Parce que des virus, il y en a partout partout partout !

Comme le dit cet article, il y a de quoi pousser un hypocondriaque à arrêter de respirer !

 

Nous inhalons des milliers de virus à la minute … et on est toujours là !

Extraits » de l’article du Monde « Combien de virus inhalez-vous chaque minute ? » : 

  •  » Résultat d’une étude (décrite dans l’article) : dans un mètre cube d’air, on trouve entre 1,7 et 40 millions de virus ! Pour les bactéries, la fourchette est plus basse : entre 860 000 et 11 millions d’individus par mètre cube. Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, la largeur des fourchettes n’est pas liée aux sites de collecte mais aux saisons auxquelles les relevés ont été effectués. Le nombre de virus présents dans l’atmosphère a monté pendant l’hiver, atteignant un pic en janvier, et a ensuite chuté à l’approche du printemps.
  • Pour répondre à la question qui fait le titre de ce billet, il faut savoir qu’au repos, un adulte pompe en moyenne 10 litres d’air par minute (cela peut être bien supérieur lors d’un effort avec, par exemple, 50 litres lors d’un footing). Si l’on reprend les chiffres de l’étude, on s’aperçoit qu’à chaque minute qui passe, entre 17 000 et 400 000 virus pénètrent dans nos poumons. De quoi pousser un hypocondriaque à cesser de respirer… Ou, en tout cas, à bouger le moins possible : la ventilation augmentant avec l’effort physique, on peut facilement inhaler 2 millions de virus à la minute lors d’un footing.
  • Les chercheurs ont identifié une douzaine de familles de virus, avec une bonne proportion de Geminiviridae, ce qui est plutôt logique étant donné que ces derniers provoquent de nombreuses maladies de plantes et que, pour cette étude, l’essentiel de la collecte s’est faite en été. Mais en réalité, les plus nombreux des virus, et de loin, étaient… des inconnus. »

 

Combien de virus et de bactéries dans le corps humain ?

Voici les liens vers les articles que j’ai survolés, j’approfondis tout cela ici dès que j’ai le temps.

Virus et bactéries

Ils sont partout !!!! (et ça va quand même). https://www.ouest-france.fr/sciences/sante-rarement-dangereux-les-virus-sont-partout-6785498

Extrait de : « Qui sont les virus ? » (Futura santé)

Si l’on prend pour ECHELLE de référence : UN MICRON soit un millionième de mètre

– Une cellule humaine ordinaire a un diamètre de dix microns. Elle est donc pratiquement invisible sans microscope.
– Un globule rouge a un diamètre de 7 microns.
– Une bactérie typique, celle par exemple en forme de bâtonnet, a une longueur d’environ deux microns ;
– Les petites bactéries sphériques ont un diamètre à peine supérieur à 4/10 de microns.
– Le virus de la fièvre jaune a un diamètre de 2/100 de microns.

 

Bactéries : 

Dans cet article, on dit qu’il y a 10 fois plus de bactéries que de cellules dans le corps humain : https://sciencetonnante.wordpress.com/2013/02/18/combien-avons-nous-de-bacteries-dans-le-corps/; dans celui-là, on dit qu’il y en a à peine davantage : https://www.lemonde.fr/blog/realitesbiomedicales/2016/01/11/combien-le-corps-humain-renferme-t-il-de-bacteries/. Dans tous les cas, ça fait quand même beaucoup beaucoup : votre corps est composé d’environ 10 000 milliards de cellules, donc d’au moins autant de bactéries, sinon bien plus.

 

Pourquoi certains « attrapent » un « microbe » et pas d’autres ?

C’est-y qu’ils ont pas de chance ? LOL.
Si vous lisez ce blog, vous savez certainement que rien n’arrive par hasard, et que notre corps physique est le tableau de bord de notre psychisme.

Pas le temps d’en écrire plus maintenant, lisez cet article : Attention, rhume ! Et si vous vous en passiez, cette année…  Ce que je dis sur le rhume peut facilement se généraliser à n’importe quelle infection microbienne.

 

Qu’est-ce qu’on fait, alors ?

On renforce son système immunitaire, et on s’arrange pour aller de mieux en mieux au niveau émotionnel… en faisant de l’EFT par exemple.

Et on se rappelle que la peur fait baisser les défenses immunitaires. Et aussi la colère, et toute émotion répétitive qui fait baisser notre niveau d’énergie.

Alors : « Peace and love », c’est la meilleure protection individuelle, et en plus, c’est le seul moyen, à mon avis, de construire un monde tel qu’on le souhaite.

 

Une deuxième vague ?

Probablement, oui. Apparemment, elle est même prévue : des infirmières disent que toutes les opérations ont été prévues en juillet-août, parce qu’il y aurait probablement (?) une deuxième vague en septembre. Qui a déjà vu des virus prendre rendez-vous ? (oui, j’essaie d’utiliser les chiffres les plus objectifs possible, mais quelquefois, je m’autorise à un peu d’ironie…)

 

Pourquoi cette deuxième vague ?

Copié-collé d’un post très intéressant sur Facebook, par un pharmacien :

MESSAGE D’UN PHARMACIEN

« Le port du masque et la distanciation sont les meilleurs moyens d’obtenir une 2ème vague par manque d’immunité collective de la population.

C’est une aberration médicale et scientifique selon le doctorat d’exercice en pharmacie que j’ai passé.

L’été, sans que l’on sache vraiment pourquoi, le virus est très affaibli. En revanche, le système immunitaire des personnes est au maximum grâce aux activités dehors et au soleil.

Être en contact les uns avec les autres est le moyen de se transmettre ce virus affaibli comme vaccin naturel, afin que chacun développe des anticorps avant l’automne.

Alors il n’y a vraiment, vraiment pas de quoi s’inquiéter ni de sacrifier la vie civile et économique de 99,9 % de la population pour moins de 0,1%.

Arrêtons maintenant cette manipulation et ces abus de pouvoir pour contrôler les populations. »

D’après une publication de Pierre Heskia

 

 

 

 

En conclusion :

 

Quel sens donner à tous ça ? à ces « microbes couronnés’, au discours qui les entoure, et à tout le reste ? La seule réponse qui me semble possible, c’est qu’il nous faut évoluer vite, très vite, nous souvenir de Qui Nous Sommes Tous, et nous reConnecter de plus en plus à notre Sagesse Intérieure.

 

 

Et pour garder le moral quoi qu’il arrive :

Inscrivez-vous pour obtenir vos cadeaux :

– Le schéma imprimable des points EFT.
10 Astuces pour faire de l'EFT n'importe où et n'importe quand !
– Abonnement gratuit à notre lettre d'information.

– OU –

Se connecter avec Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page
29 Partages
Partagez29
Tweetez
Partagez