Quelques causes des addictions, et des pistes pour en sortir

Quand on a envie de grignoter, d’allumer une cigarette, de boire quelque chose (pas toujours de l’eau !), c’est une envie à satisfaire … tout de suite. Dans cet article et la vidéo ci-dessous, on parlera surtout de cigarettes, mais il vous sera très facile de transposer.

 

Quand nos « Schtroumpfs grognons » n’aiment pas qu’on interdise de fumer

On a tellement reçu d’ordres, d’interdits, tout au long de notre vie, que, pour nous protéger, des parties de nous s’y opposent systématiquement. Nous avons tellement intériorisé ces parties rebelles qu’elles se déclenchent même quand NOUS décidons quelque chose. Exemple :

  • Une partie de nous aimerait prendre une cigarette, mais nous avons décidé de les espacer, ou même d’arrêter de fumer.
  • L’un de nos nombreux « Schtroumpfs grognons » se manifeste : « Moi, j’aime pas qu’on m’interdise de fumer, j’aime pas qu’on m’interdise quoi que ce soit ».

Dans cette vidéo, vous trouverez un court protocole EFT pour apprivoiser ce Schtroumpf grognon : négocier avec lui pour retarder la prochaine cigarette de quelques heures, lui faire apprécier les bons moments que vous avez passés sans fumer. « Qu’aimerais-tu faire maintenant, petit Schtroumpf ? quelque chose de vraiment sympa ? Ou même penser quelques secondes à quelque chose d’agréable ? »

Si vous faites ce tapping plusieurs fois, au début, quand vous aurez envie de fumer (ou de manger un gâteau, etc.), vous mémoriserez votre dialogue « schtroumpfesque » ; il vous suffira peut-être de le réutiliser, pour fumer ou grignoter de moins en moins.

Pour voir cette vidéo, cliquez ICI, ou sur l’image ci-dessous.  Vous pourrez aussi voir toute la playlist « addictions »

 

causes des addictions

 

Quand les causes des addictions sont plus profondes

D’autres fois, cela ne suffit pas, mais peut venir en complément d’un travail plus approfondi : pour comprendre quelles blessures émotionnelles se cachent sous ces petites manies (presque) anodines de fumer, grignoter souvent, ou boire « un peu » trop. Les comprendre, mais surtout les guérir : c’est généralement très facile avec l’EFT.

 

En effet, on peut, dans certains cas, abandonner nos « drogues » préférées à force de volonté, ou à l’aide d’astuces comme celles-ci. Quelquefois cela suffit, quand le fait de les quitter ne « pèse pas trop lourd » dans notre vie. (autrement, on change de symptôme : on remplace la cigarette par le grignotage, ou l’inverse. Ou encore pire).

 

D’autres fois, par contre, arrêter nos addictions, c’est comme soulever un poids de 300 kg, de 3000 kg, plusieurs fois par jour, en plus… Dans ce cas, c’est qu’elles servent à cacher une profonde blessure émotionnelle. Que faire, dans ce cas ?
Arracher le pansement et laisser la blessure se surinfecter ? Ou la guérir réellement, et ne plus avoir besoin de pansement ? Ces situations-là nécessitent généralement l’aide d’un thérapeute.

 

Quelques causes possibles :

  • Fumer (ou manger) peut servir à ne pas ressentir certaines frustrations, en évitant de les manifester par de l’agressivité.
  • Cela peut nous donner une contenance, quand on est intimidé, mal à l’aise. Longtemps auparavant, les publicités nous poussaient à nous identifier à un beau cow-boy ou à des femmes élégantes et sensuelles.
  • A l’heure actuelle, où la publicité pour le tabac est interdite, les paquets de cigarettes ornés de poumons noirâtres et de phrases menaçantes ne nous vendent plus du rêve. Cependant, ils peuvent stimuler des envies de révolte et de défi : « ça ne m’arrivera pas à moi, je suis plus solide que ça. » ; « l’alcool / le tabac tuent lentement… M’en fous, je suis pas pressé ».
  • Le tabac, l’alcool, donnent à des parties de nous la sensation d’être grand(e), pleinement adulte.  Même si nous avons très largement passé la trentaine, certaines parts de nous ne sont pas au courant : elles sont toujours des ados fiers de s’intégrer à leur groupe de copains, de transgresser les interdits des parents en vivant leur première cuite. (pas très glorieux, tout de même, ce « rituel initiatique », quand on le compare à ceux des jeunes indiens ou africains).

Toutes ces causes sont basées sur l’image que nous avons de nous-même : un léger manque de confiance en soi peut amener à quelques cigarettes en soirée, un profond mal-être conduit à vider un ou deux paquets par jour… malgré le prix de plus en plus élevé du tabac.

Une autre cause encore : à travers ces comportements, on peut tenter inconsciemment de retrouver une personne disparue ou simplement éloignée de nous suite à une séparation. Quelqu’un avec qui nous passions quelques moments de partage : pause cigarette, apéritif, repas.

Plus spécifiquement, des excès d’alimentation peuvent servir à enlaidir une femme qui a été harcelée sexuellement, à la recouvrir d’une couche protectrice.  L’alcool, le shit, les drogues plus dures (ainsi que la télé, les réseaux sociaux et les jeux vidéos !) « changent les idées » en coupant les gens de leurs émotions douloureuses, encore bien davantage que ne le font les cigarettes et la nourriture.

Quoi qu’il en soit,  se reprocher ses addictions, s’en culpabiliser, ne font qu’aggraver les choses : ce discours intérieur  douloureux n’a rien à voir avec une vraie décision de se libérer de son problème.

 

Déculpabiliser  les addictions

Parler de déculpabiliser les addictions ne veut pas dire : « Tout va bien, continuez ». Seulement, culpabiliser les gens les empêche de changer !

La plupart du temps, les gens se culpabilisent de boire, de prendre des « substances illicites », éventuellement de fumer, de trop manger, etc. Cependant : QUAND ON SE CULPABILISE D’UN COMPORTEMENT, ON S’EMPÊCHE D’EN TROUVER LES VERITABLES CAUSES. … donc, de se donner des chances d’en changer. Et de guérir en même temps les blessures émotionnelles qui sont à la base de ces attitudes.

On parle de tout cela dans cette vidéo : les explications y seront adressées à votre cerveau rationnel. Mais pour que cette déculpabilisation soit plus efficace, il faut s’adresser aussi au cerveau émotionnel : l’EFT est un excellent outil pour cela, et ce sera l’objet de la vidéo suivante.

déculpabiliser les addictions

 

Pour aller plus loin

Cet article énumère quelques causes des addictions.

Quels sont les vôtres ? 

J’espère que cet article aura suffi, pour vous, à la prise de conscience décisive. Dans le cas contraire, un approfondissement peut être utile, à travers des séances individuelles : sur Zoom, ou par téléphone.

 

séances EFT

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page
0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez