Sortir des jeux de pouvoir

Je tombe sur cette phrase : « Pour être riche, c’est inutile d’écouter les conseils de gens qui ne sont pas riches. ».
Et je réalise que … c’est exactement ce que font l’immense majorité des gens sans même s’en rendre compte.

On entend aussi des salariés tenter de décourager les gens qui se mettent à son compte, des gens pas très en forme donner des conseils d’alimentation (pas seulement des conseils : des impératifs !) et déconseiller formellement le jeûne (qu’ils n’ont jamais expérimenté, évidemment), etc. etc.

Et ça marche, ceux qui y croient sont nombreux. Pire encore : même quand on sait que c’est absurde, même si on a soi-même des expériences positives dans ces domaines… des parties de nous y croient quand même, et c’est un frein réel.

 

Des bonnes questions, pour sortir des jeux de pouvoir

Plus généralement, tout cela amène à quelques questions bien utiles :

– dans quelle mesure la personne qui me parle est qualifiée pour affirmer ce qu’elle dit ?

– sur quoi elle se base pour l’affirmer ?

– pourquoi des parties de moi auraient tendance à la croire ? (parce qu’elle représente l’autorité ? sous quelle forme, en quoi, pourquoi ?)

 

– est-ce qu’elle cherche inconsciemment (ou consciemment) à avoir / maintenir un pouvoir sur moi ? pourquoi ?

– dans quelle mesure sommes-NOUS en train de jouer un jeu de pouvoir (lui, le « grand » il sait, moi le « petit », je ne sais pas) ?

– et comment sortir très vite de cette hypnose tellement répandue ? (déjà, le fait de se poser ces questions est une façon d’en sortir).

 

 

Plus généralement encore : « Dans quelS domaineS de ma vie, je suis plongée jusqu’au cou dans ce genre d’hypnose ? »… il y en a tellement, chez tout le monde.
Pourquoi croit-on toujours que c’est « les autres » ? Pourquoi est-ce si difficile de trouver NOS zones d’hypnose ?

 

 

Comment savoir quand NOUS sommes plongés dans une de ces zones d’hypnose ?

Donc : comment se donner les moyens de sortir d’un jeu de pouvoir.

On trouvera des éléments de réponse en regardant ces deux situations extrêmes, concernant 3 personnes, qu’on désigne par A, B, et C :

  1. A est hypnotisé dans un domaine différent de celui de B
  2. A est hypnotisé dans le même domaine que C.

 

il aurait bien besoin de sortir des jeux de pouvoir

 

Situation 1 : A est hypnotisé dans un domaine différent de celui de B

Conséquences : l’un et l’autre se prennent mutuellement pour des cons, tout simplement. Pire encore, pour des ennemis :  « Moutons » contre « complotistes », « droite » contre « gauche », « religieux » contre « athées », ou « religion A » contre « religion B ». Etc. etc. etc. 

 

Cherchons donc NOS domaines de certitudes, ceux que nous avons envie de défendre bec et ongles : CE SONT NOS ZONES D’HYPNOSE, les zones où nous avons du mal à sortir des jeux de pouvoir. (Même s’il arrive que nos opinions soient quand même intéressantes).

Des critères pour les repérer :  

  • Être excité comme une puce quand on veut défendre une idée signifie que nous sommes dans une de nos zones d’hypnose (donc en position basse dans un jeu de pouvoir). Je n’en peux plus des injures et affirmations péremptoires qui émaillent les réseaux sociaux…
  • Inversement, qu’est-ce qui indique que nous avons vraiment réfléchi à un problème, que nous avons pris en compte notre logique et notre intuition ?
    C’est le fait d’avoir un comportement très différent :

      • exposer notre point de vue calmement,
      • tenter sincèrement de comprendre celui de l’autre
      • tenter de chercher AVEC LUI un point de vue plus large, permettant de prendre des décisions réfléchies et cohérentes.

Quand on s’énerve, c’est signe que les bugs de notre cerveau émotionnel sont aux commandes de nous-mêmes.

Quand on reste calme ET bienveillant vis-à-vis de l’autre, notre cerveau émotionnel fonctionne au mieux : nous sommes capables d’empathie, nous arrivons à communiquer de façon fluide. Et comme il n’est pas en surchauffe, il laisse fonctionner : la logique et l’intuition, il laisse donc passer les informations qui viennent du Meilleur de nous-même. 

 

Donc : qui souhaitons-nous mettre aux commandes de nous-mêmes, pour enfin sortir des jeux de pouvoir ?

  • les meilleures parties de nous,
  • ou les pires, les bugs de notre cerveau émotionnel (les conditionnées, les excitées toujours en guerre) ?

Tiens, comment se fait-il que tant de « bugs sur pattes » soient aux commandes dans la plupart des pays ? On connaît l’effet miroir…
« Sois le changement que tu veux voir dans le monde » (Gandhi) … plus exactement, fais tout ce que tu peux pour l’être de plus en plus.

Gandhi; il n'a plus besoin de sortir des jeux de pouvoir, c'est fait

 

Situation 2 : A est hypnotisé dans le même domaine que C

Conséquences :

  • ils s’entendent comme larrons en foire : et leurs discussions les rechargent physiquement, et émotionnellement, c’est vrai. (Sécrétion de sérotonine, l’hormone où on est fier de soi; sécrétion d’ocytocine, celle du lien affectif)
  • Mais : une bonne partie de ces échanges se fait sur le dos de B et de ceux qui lui ressemblent
  • donc ils tournent en rond.

Comme on est TOUS hypnotisés dans des domaines ou dans d’autres, il est clair qu’on a besoin de ces moments de recharge affective et même physique.  Mais on voit aussi l’extrême importance d’être confronté régulièrement à des gens comme B : ceux qui nous paraissent tellement stupides, tellement incompréhensibles, tellement absurdes.

  • « incompréhensibles et absurdes » (absurdes = qui n’a pas de sens… à NOS yeux !) : absolument, on ne les comprend pas, donc on ne comprend pas des parties de nous avec lesquelles nous aurions pourtant besoin de faire la paix.
  • « stupides » : ça c’est l’étiquette qu’on met sur eux pour continuer à se sentir bons et intelligents. Alors qu’elle nous cache exactement ce que nous aurions besoin d’explorer ! Pour sortir de nos conditionnements, donc : de plus en plus, sortir des jeux de pouvoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page
0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez