Être à l’écoute de soi : c’est mal ? c’est difficile ?

A propos d’un article sur le pranisme, on m’a évoqué les risques de différents maux physiques, d’atteintes des capacités mentales, et de la vitalité. On peut se poser les mêmes questions à propos du jeûne, et de toutes les pratiques alternatives. Dans tous ces cas, ce qui me semble le garde-fou indispensable, c’est : être à l’écoute de soi, à tous les niveaux de nous-même.

Ma réponse s’est prolongée jusqu’à devenir cet article.

 

J’évoque dans tout mon travail  l’importance vitale d’être à l’écoute de soi, de notre corps, de nos émotions, de notre intuition. Je n’ai peut-être pas été assez claire, alors j’y reviens.
De mon point de vue, si on est suffisamment à l’écoute de son ressenti (physique et émotionnel), on diminue beaucoup ses chances de “déraper” vers de gros problèmes. Un peu comme, quand en voiture on a pris un virage un peu trop vite, on s’en aperçoit à temps et on évite la catastrophe.  Dans le cas contraire, si on n’était pas suffisamment attentif… on a compris la suite.

Ce qui amène à la question : qu’est-ce qui empêche quelqu’un d’être suffisamment à l’écoute de lui-même ? 

Réponse : des croyances, des confusions, des objectifs inconscients, et en plus, un manque de pratique. On développe tout cela ci-dessous.

 

Croyance : “Être à l’écoute de soi, c’est mal”

On confond souvent “être à l’écoute de soi”, et “casser les pieds à tout le monde à force de pleurnicher”. Pourtant, c’est très différent.

On est habitué à croire que “s’écouter, c’est mal”. Ce serait du nombrilisme, de l’égoïsme, ou de la faiblesse. Si quelqu’un qui parle sans cesse de ses malheurs, on lui dit qu’il s’écoute trop.  Pire, on ajoute souvent : “arrête de t’écouter, ça ira mieux”.  😕

Je dirais plutôt qu’une telle personne ne s’écoute pas trop, mais qu’elle s’écoute de façon inefficace, et incomplète. Si elle s’écoutait plus efficacement, elle entendrait avant tout son angoisse, et sa demande d’empathie. (ce tapping lui serait utile : Consoler l’Enfant en demande : tapping + audio)

Et si elle s’inquiète d’un problème physique, le décodage biologique lui serait d’un grand secours : c’est une clé indispensable pour écouter les messages du corps (donc de l’inconscient).
Des exemples ici, ici, et beaucoup d’autres sur ce blog, dans la catégorie “Notre santé”.

 

 

Que signifie “Être à l’écoute de soi / de Soi” ?

Être à l’écoute de soi, c’est observer le plus finement possible les informations que nous donnent notre corps physique, nos émotions, nos croyances conscientes et inconscientes, et aussi celles que nous donnent notre intuition.

Outre la question du décodage biologique dont on vient de parler, notre corps nous donne des précieuses informations; il nous indique comment nous nous sentons face à une situation.

 

Une petite expérience

  1. Imaginez qu’on vous propose de faire un métier, ou une activité qui ne vous convient pas du tout. Elle est peut-être opposée à vos valeurs, ou simplement, elle ne vous plaît pas du tout, vraiment pas.
    Comment est votre corps, dans cette situation ? L’expression de votre visage, votre respiration, des tensions dans votre ventre, votre dos, ou ailleurs ? 
  2. Pensez maintenant que vous vivez le métier de vos rêves, ou que vous êtes en compagnie d’une personne que vous adorez. Et posez-vous les mêmes questions. De toute évidence, vous n’aurez pas les mêmes réponses.

On peut même affiner ces réponses. Vous rayonnez à l’idée de faire une activité dont vous avez toujours rêvé. Votre corps est plus détendu que dans la première expérience, votre respiration plus ample, vous vous tenez plus droit, et vous avez le sourire. Tout cela a précédé votre conscience.

Mais … que signifie ce petit pincement dans le ventre ?
Observez-le de plus près.  Que vous vient-il à l’esprit en y pensant ? Peut-être une peur de manquer d’argent ? de devoir déménager ? La peur que votre choix ne contrarie des personnes de votre entourage ? La question suivante est donc : comment apaiser ces peurs ? Votre corps peut aussi vous donner des éléments de réponse.

Vous voyez la richesse et la profondeur de telles informations. C’est cela, être à l’écoute de soi (et de Soi : notre Sagesse Intérieure, notre Moi Profond). C’est plus utile que de ruminer ses malheurs, on est d’accord ?

 

Croyance : “S’écouter, ce n’est pas important”

Si “s’écouter” signifie passer son temps à geindre, effectivement ce n’est pas important. C’est surtout inutile, et toxique : en faisant cela, non seulement on fatigue l’entourage, mais on se conditionne soi-même à être de plus en plus malheureux. Par contre, s’il s’agit de s’écouter au sens défini dans le paragraphe ci-dessus, c’est important, évidemment.

Pourtant, même quand on en est convaincu, quand on veut vraiment le faire, des parts de nous risquent de nous mettre des bâtons dans les roues. Avec les meilleures intentions du monde, mais elles s’y prennent très mal. (Voir : Saboteurs intérieurs ou Protecteurs Maladroits ?)

En fait, ces parts de nous ont des objectifs “beaucoup plus importants”. Selon elles. 

Quels objectifs ?

  • On ne veut pas passer pour un pleurnicheur : la confusion exposée dans le paragraphe “S’écouter c’est mal” est imprégnée en chacune de nous. Elle peut ressortir de temps en temps sans même que nous en ayons conscience, et nous déconcentrer aussitôt.
  • On cherche à “faire plaisir” à Papa, Maman, au patron, ou à Superman (!), en étant le meilleur, le plus fort, celui qui ne s’attarde pas à des futilités.
  • Certains cherchent délibérément à se faire souffrir. La haine de soi, le désir d’auto-destruction (anorexie, auto-scarifications, etc.), peuvent avoir de multiples causes émotionnelles. Cependant, elles ont un effet commun : se couper de son ressenti corporel et émotionnel.

Cette liste n’est évidemment pas exhaustive…

 

 

Être à l’écoute de soi (ou de Soi !) : pas si facile…

Petite récapitulation : on a compris qu’être à l’écoute de soi (et de Soi) était essentiel, vital, fondamental. Mais que des parts de nous mélangent tout; elles confondent :

  • s’écouter au bon sens du terme, et être un casse-pieds pleurnichard
  • respecter nos vrais Rêves, et courir après des objectifs auto-programmés et absurdes. Pseudo-objectifs tellement imprégnés en nous qu’ils nous font tant de fois passer à côté de notre Chemin de Vie… sans même nous en apercevoir.

Suite à des millénaires de telles confusions et programmations, notre capacité d’Ecoute de nous-même est sérieusement mise à mal : on manque d’entraînement !

 

Ecoute du corps physique

Même quand nous voulons écouter notre corps, nous ne savons pas bien le faire. A part pour des douleurs évidentes.
Pourtant, des amies africaines me disaient qu’elles savent reconnaître leur période d’ovulation. Cela leur semble même évident, d’après elle “tout le monde sait faire ça”. Ou savait… Cette discussion date des années 80, peut-être que cette connaissance s’est perdue depuis, comme tant d’autres.
Certaines personnes, par exemple, ressentent facilement les battements de leur coeur. Savons-nous tous faire cela ? De moins en moins, à cause de l’habitude de prendre sa tension avec des appareils, ou au poignet.
La méthode TIPI est particulièrement efficace pour observer “à la loupe” les ressentis de notre corps. Et donc intégrer de plus en plus cette habitude indispensable.

 

Ecoute de nos émotions

Même quand nous voulons écouter nos émotions, nous ne savons pas bien le faire non plus. A part pour des émotions évidentes : tristesse, peur, colère.
Surtout : colère ! C’est le couvercle enflammé qui dissimule ce qui se passe en nous. Il nous pousse à chercher un coupable, et à passer des heures, des jours, des années, à nous en prendre à lui.

Pendant ce temps, nous nous ne nous posons pas les questions qui nous aideraient tellement :

  • Qu’est-ce que cette situation touche en moi ?
  • Qu’est-ce que je peux faire pour en tirer du positif et me sentir bien mieux qu’avant ?

 

Ecoute de notre Soi, de notre intuition

Pour commencer, on nous a “bassinés” pendant des siècles, avec l’idée que tout cela n’existait pas. On devait passer notre temps à implorer un Dieu imprévisible, un peu bipolaire et caractériel. Un “Dieu” qui nous aimait un jour, mais voulait nous envoyer en enfer le lendemain, sans qu’on puisse comprendre pourquoi.

Puis,  certains ont compris que la notion d’un “Dieu Père Fouettard” était juste un instrument de pouvoir. Ils ont alors jeté le bébé avec l’eau du bain, et considéré la spiritualité comme un grand délire. Dommage…
Et on a vu dans cet article les confusions et les conditionnements qui nous coupaient de notre intériorité. Et en conséquences les difficultés à nous y reConnecter.

 

Je me représente notre Soi, notre intuition, notre Sagesse intérieure, comme une immense colonne de Lumière. A un “détail” près : elle est entourée d’une immensité de déchets, de conditionnements absurdes, issus de notre vie actuelle, et de l’inconscient collectif de nos ancêtres et de l’humanité.
Il y a du boulot, à nettoyer tout cela ! Heureusement que de plus en plus de gens en ont conscience, et que de magnifiques outils se développent (dont l’EFT, of course.).
On va y arriver !

 

Pour aller plus loin 🌈🌞 :

Bien que l’EFT permette de résoudre seul(e) 80% des problèmes qui se présentent à nous, il en reste 20% : c’est les plus difficiles à repérer soi-même, parce qu’on est “noyé dedans”.

C’est pour ceux-là qu’une aide personnalisée est vraiment utile.

 

😊 pour voir des témoignages d’anciens clients, cliquez ici.
😊 pour savoir comment se déroulent les séances, et connaître leurs tarifs ? Cliquez .

 

séances individuelles d'EFT

boutique de protocoles EFT

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour en haut
0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez